Accueil DécouverteCalendrier de l'Avent 2021 Calendrier de l’Avent 2021 – Jour 3 – Barakamon
Calendrier de l’Avent 2021 – Jour 3 – Barakamon

Calendrier de l’Avent 2021 – Jour 3 – Barakamon

par Aouiru 3 décembre 2021

Alors que les températures se refroidissent, n’oublions pas que les fêtes approchent et que décembre veut aussi dire Calendrier de l’Avent ! Pour ce troisième jour, je vous propose donc de réchauffer vos cœurs avec Barakamon, de Satsuki Yoshino.

Barakamon, c’est l’histoire de Seishu Handa, prodige de la calligraphie au Japon. Collectionnant les prix et la reconnaissance de ses collègues, Handa a tout du gendre idéal : il est beau, jeune, doué dans son domaine, mais aussi très arrogant. Ah, peut-être qu’il n’est pas si parfait en fin de compte. En tout cas, son mauvais caractère va être révélé aux yeux du monde de la calligraphie lorsqu’un conservateur de musée « ose » critiquer son art.

En réaction, il n’hésite pas à le frapper, quitte à assommer un vieil homme. Une action qui l’envoie en exil dans une petite île japonaise, presque coupée du monde. Si Handa espère y être tranquille pour pouvoir laisser place à sa créativité ; il va vite se rendre compte qu’il est assez loin du compte lorsqu’il va devenir l’attraction principale de l’île.

Une oeuvre hilarante et sensible

Au cours des 18 volumes de la série, Satsuki Yoshino développe un petit univers marqué par la bienveillance et la spontanéité. Tokyoïte par excellence, Handa arrive totalement perché dans la campagne japonaise mais va y prendre ses marques petit à petit. Une acclimatation marquée par ses relations avec des personnages très attachants comme Haru ; une jeune fille d’à peine 8 ans qui va pourtant devenir la meilleure amie d’Handa, alors qu’il pensait haïr les enfants et les campagnards.

Barakamon, c’est avant tout une belle galerie de personnages

Vive la campagne !

Barakamon offre aussi de magnifiques leçons sur la calligraphie et sur l’art en général. Du moins dans les premiers tomes, puisqu’au fil des pages c’est presque le style de vie dans la campagne japonaise qui devient l’élément central. La série se déroule sur une année et nous permet de suivre le train de vie, sur fond de changements de saison, de fêtes et festivités locales, des habitants de l’île. Et contrairement à beaucoup d’autres, Barakamon s’éloigne complètement des clichés qui concernent la population rurale, grâce à la tendresse et l’admiration que porte Satsuki Yoshino aux coutumes des campagnes japonaises.

Pourquoi vous en parler ?

Barakamon est très très drôle et pourtant, ce n’est pas une comédie à première vue. C’est bien un slice of life, si bien écrit et sincère qu’il en devient hilarant. Rares sont les œuvres capables de rendre aussi heureux tout en jonglant aussi bien entre diverses émotions. En plus de ça, le dessin est très soigné et parvient à nous immerger totalement dans cette campagne qui se magnifie par sa simplicité, son naturel.

Satsuki Yoshino sait parfaitement retranscrire les émotions de ses personnages, si bien qu’on a souvent l’impression de vivre avec eux. Si ces derniers ont bien entendu leur lot de mésaventures ; la joie sincère qu’ils transmettent rend Barakamon encore plus agréable à lire.

Enfin bref, Barakamon est une énorme pépite pourtant peu connue. Comme Noël approche, c’est peut-être l’occasion de demander les 18 tomes, disponibles chez Ki-oon. Sinon, le manga a également été adapté en anime, avec une saison de 12 épisodes !

La Team te suggère aussi

1 Discussion

Calendrier de l'Avent - Jour 13 - Code: Breaker - Gaak 13 décembre 2021 - 11 h 00 min

[…] Code: Breaker, c’est un manga de Akimine Kamijo. Publié de 2008 à 2013 dans le Weekly Shonen Magazine de la maison d’édition Kodansha, (Blue Lock, Tokyo Revengers…) ; Code: Breaker a eu assez de succès au Japon pour être édité en France par Pika. La série a été éditée en intégralité, avec 26 tomes disponibles. Le manga a aussi reçu une adaptation animée par le studio Kinema Citrus ; à qui nous devons Made in Abyss, mais aussi Barakamon, dont je vous ai parlé il y a quelques jours. […]

La section commentaire est fermée