Accueil DécouverteCalendrier de l'Avent 2021 Calendrier de l’Avent 2021 – Jour 9 – Jin-Roh, la Brigade des Loups
Calendrier de l’Avent 2021 – Jour 9 – Jin-Roh, la Brigade des Loups

Calendrier de l’Avent 2021 – Jour 9 – Jin-Roh, la Brigade des Loups

par Balin 9 décembre 2021

Pour cette nouvelle contribution au Calendrier de l’Avent 2021, je souhaitais vous parler du film d’animation Jin-Roh, la Brigade des Loups.

Jin-Roh, la Brigade des Loups est un film d’animation original de Mamoru Oshii (Ghost in the Shell, Blood the Last Vampire) sorti en 1999.

À la réalisation et au storyboard, c’est le premier long métrage de Hiroyuki Okiura (Lettre à Momo). C’est Tetsuya Nishio qui signera les designs (Ghost in the Shell, Naruto, Naruto the Last, Boruto). Et c’est le studio Production I.G qui se charge de la production de l’animation. Animation entièrement faite à la main qui plus est!

Synopsis:

Dans un Tokyo uchronique des années 50, le suicide d’une jeune kamikaze appartenant à une organisation terroriste appelée « la Secte » sème le chaos dans la tête d’un soldat d’une unité d’élite.

Jin-Roh, c’est l’histoire de Kazuki Fuse. Membre de la Posem, une police paramilitaire, il appartient à l’unité d’élite des Panzer, les Loups. Face à lui se dresse Nanami Agawa. La jeune fille est un Chaperon rouge, un messager au service de La Secte. Les Panzer sont là pour contenir et réprimer les actions de La Secte qui, elle, cherche à destituer le pouvoir en place. Même pour une machine à tuer comme Kazuki Fuse, abattre un enfant, comble de l’innocence, est chose impossible… Ce dernier cède à la détermination, aux convictions de Nanami Agawa qui commet un dernier attentat au prix de sa vie. C’est le début d’une lutte interne avec en jeu, l’humanité même de Kazuki Fuse.

Où trouver le film?

Jin-Roh, la Brigade des Loups fait partie des récents ajouts de France.tv. Vous pouvez donc avoir accès au film gratuitement et facilement en cliquant juste ici.

A noter qu’il existe une adaptation en film live-action: Illang: The Wolf Brigade. Il s’agit d’un film coréen sorti en 2018, qui est par ailleurs disponible sur Netflix!

Attention cependant, il s’agit d’une adaptation; de fait quelques modifications ont été opérées par rapport au medium original. Le cadre spatio-temporel est différent par exemple, et plus ancré dans la réalité coréenne.

Jin-Roh: Hommes déguisés en chien, ou loups déguisés en Hommes?

Je ne vais y aller par quatre chemins… Jin-Roh est une œuvre qu’il FAUT avoir vue en tant que fan d’animation japonaise. Au même titre qu’un film d’Hayao Miyazaki, c’est un condensé de ce qui se fait de mieux dans le genre.

En revanche, ce n’est pas une œuvre à mettre à disposition de tous. Visuels crûs, sanglants et propos complexe, métaphorique; l’œuvre nécessite une certaine maturité pour être pleinement appréciée.

Jin-Roh est une œuvre dramatique et éprouvante, dont la première victime est son protagoniste lui-même. Kazuki Fuse est un personnage à fleur de peau oscillant entre son humanité et son instinct sauvage. Pour ne rien arranger, tout autour de lui, les choses sont en mouvement; entre complots et espionnages.

Le film est parsemé de références au Petit Chaperon Rouge de Charles Perrault. Ce point est d’ailleurs un peu forcé à mon goût. On peut y voir un moyen d’adoucir l’œuvre, mais c’est de la version initiale de l’histoire dont il est question. Celle où à la fin, le Chaperon Rouge se fait manger par le loup. Pas de chasseur ici. Une question vient alors… Qui est le Loup dans l’histoire?

Les visuels ne lésinent pas sur l’hémoglobine. L’animation est de très bonne qualité, mais la direction artistique, volontairement réaliste, pourrait ne pas plaire certains. La colorimétrie, plutôt terne, appuie le côté  « roman noir » de l’œuvre. Le rythme, très lent, pour autant, on ne s’ennuie pas car on est happé par le récit. Ce parti-pris permet à l’intrigue de se développer subtilement, nous surprenant parfois par de rapides avancées ou de percutantes rafales de balles.

Pour finir, la plus grande qualité de Jin-Roh est, selon moi, son ambiance. Sombre, violente, sans pour autant tomber dans le gore; elle est plus qu’immersive. Ceci est notamment permis par la bande-son de Hajime Mizoguchi (Vision of Escaflowne). Elle est tout bonnement magistrale.

La Team te suggère aussi