Accueil Critiques Les Pérégrinations de Shima : Girls’ Last Tour
Les Pérégrinations de Shima : Girls’ Last Tour

Les Pérégrinations de Shima : Girls’ Last Tour

par Shima 20 janvier 2020

Votre fidèle rédactrice vous présente aujourd’hui un manga envoyé par les Editions Omaké Manga : Girls’ Last Tour.

Girls’ Last Tour (Shôjo Shûmatsu Ryokô) est un manga de Tsukumizu prépublié sur le site Kurage Bunch des éditions Shinchôsa de 2014 à 2018. Ce manga en 6 tomes a reçu le prix “Kono Manga wa sugoi” en 2015 et le prix Seiun récompensant les oeuvres de science-fiction en 2019.
Le 1er tome paraîtra en France le 6 Février 2020.

Girls’ Last Tour a été adapté en anime en 2017 par le Studio White Fox. La série compte 12 épisodes. Elle est disponible en France sur Wakanim.

Girl's Last Tour
Girls’ Last Tour anime

L’histoire

La civilisation s’est éteinte il y a déjà de nombreuses années. Le monde n’est plus que villes dévastées labyrinthiques et machines inutiles. Toute espèce vivante semble s’être éteinte, à l’exception de quelques rares êtres humains. Chito et Yuri, deux jeunes filles errent dans les ruines de l’Humanité. Les deux jeunes filles ont grandi dans ce monde. Aujourd’hui, elles déambulent à bord de leur autochenille sans vraiment comprendre tout ce qu’elles voient, à la recherche de ressources pour subsister. Leur périple dans ce monde sans vie est, pour elles, l’occasion de se poser de nombreuses questions sur l’existence et la vie que menaient leurs ancêtres, mais aussi sur le futur…

Girl's Last Tour

Girls’ Last Tour
Premier contact : La couverture

Je n’avais pas vu l’anime à la lecture de ce premier tome. L’univers m’était donc totalement inconnu.

Je dois avouer que l’image de couverture m’a surprise. On y voit les deux protagonistes, aux traits de visage très simple, portant des casques militaires. Le contraste entre le design des personnages et leur tenue est assez frappant. En arrière plan, on peut observer un décor urbain complexe enneigé. Ne connaissant pas l’histoire, je me suis demandée ce qui allait bien pouvoir se passer dans ce manga et pourquoi deux petites filles se retrouvent affublées de casques militaires.

Girl's Last Tour

Girls’ Last Tour : L’histoire

Où et Quand ?

On se retrouve embarqués dans un monde post-apocalyptique à suivre deux jeunes filles. Nous n’avons pas de repère temporel. Le système d’écriture de Chito nous est inconnu, mais une inscription sur un ancien bâtiment nous confirmera que l’histoire se déroule au Japon. Nous ne saurons pas dans ce premier tome ce qu’il s’est passé pour que le monde devienne ainsi. J’espère l’apprendre au cours des autres tomes.

En Route !

Le premier chapitre nous entraîne directement avec Chito et Yuri, avançant sur leur autochenille à la recherche d’une sortie, espérant trouver nourriture ou même un survivant. Le mangaka nous introduit de suite le fait que les ressources sont limitées et les inquiétudes de Chito quand à l’avenir. Le ton est donné sur le quotidien des deux jeunes filles.

Lorsqu’elles atteignent l’extérieur, nous observons un monde en ruine, parsemé d’armes et de munitions « Un vrai cimetière d’arme », comme le dit une des protagonistes. Le fait de voir ces deux fillettes aux traits mignons déambuler dans un monde urbain dévasté, sans aucune végétation ou signe de vie dégage une atmosphère mélancolique et une impression de désespérance. L’humour et la légèreté de certaines scènes va tout de même rehausser l’ambiance sombre du manga.

Girl's Last Tour

Girls’ Last Tour, manga post-apocalyptique contemplatif et philosophique

Contemplation

Le manga a un rythme lent. Les chapitres semblent indépendants les uns de autres, avec pour fil conducteur l’histoire de Chito et Yuri, mais dans ce premier tome, chaque chapitre raconte une séquence de leur vie, puis passe à une autre séquence. Il ne se passe pas beaucoup d’action, nous suivons le quotidien des deux jeunes filles et en apprenons plus sur le monde dans lequel elles vivent.

J’espère qu’il y aura un peu plus d’action et de révélations dans les prochains tomes. J’ai bien aimé ce premier volume, qui fait une très bonne introduction à l’histoire, mais je ne pense pas que six tomes contenant cette lente contemplation me plairaient. Cependant, les Editions Omaké présentent ainsi le tome 2 :

Girl’s Last Tour, la promenade continue en avril 2020 !
Enfin arrivées sur une nouvelle strate, Chito et Yuri découvrent un endroit très différent de l’étage inférieur… A bord de leur autochenille, vont-elles trouver d’autres survivants et mieux comprendre le monde qui les entoure ?

Je pense donc que la suite va répondre à mes attentes !

Philosophie

Une chose sautera aux yeux de tous, c’est que Girl’s Last Tour est un voyage qui nous oblige à penser au futur de notre planète. Voulons-nous vraiment laisser un monde comme celui dans lequel vivent Chito et Yuri ? Que faire pour l’en empêcher ?

Les deux Héroïnes elles aussi vont beaucoup s’interroger au cours de ce premier tome. Principalement Yuri, la plus candide des deux qui va se questionner notamment sur la vie des gens avant la guerre et le pourquoi de la guerre :

« Si seulement il y avait autant de rations que d’armes ici. Autrefois les gens devaient avoir faim, non ? Alors pourquoi ont-ils dépensé autant d’énergie à fabriquer tous ces trucs (armes) ? S’ils avaient mis la même ferveur à fabriquer des rations et des boites de conserve… »

Yuri

« C’est ce qui peut arriver quand il n’y a que deux parts pour trois personnes… Il est peut-être arrivé un moment où il ne restait plus que les armes pour s’entendre… »

Chito

Chito va essayer de lui apporter des réponses quand elle le peut, tout en s’interrogeant elle aussi sur le sens de la vie.

« Pourquoi les gens vivent d’après toi ?

On est là, en vie, et on passe nos journée à chercher à manger pour survivre, et quand on a fini de manger, on recommence une nouvelle journée… et on cherche encore de quoi manger. Y a t il quelque chose au bout de tout cela ? »

Cependant, malgré ces propos et cette ambiance très sombre, Yuri essaye de donner de l’espoir en relativisant.

« Même si l’on ne comprends pas toujours pourquoi, il y a parfois de bonnes choses qui nous tombent dessus, même dans un monde comme celui-ci. »

Girl's Last Tour

Chito et Yuri

Chito et Yuri sont les deux Héroïnes du manga. Leur âge n’est pas déterminé, mais lors de la scène du bain, on se rend compte que la puberté ne semble pas encore atteinte. On ne sait rien de leur passé ou de leur lien, sont-elles sœurs, amies ?

Comme le dit Kanazawa dans le manga, les filles sont dégourdies. Il le faut pour survivre dans un monde comme celui-là. Elle savent se débrouiller et se servir de leur environnement. On apprends dans les dernière pages du manga qu’elles ont elles-même construit leur autochenille.

Au niveau du caractère, Chito est celle qui réfléchit le plus. Elle a la tête sur les épaules et le sens des priorités. Même si elle est plus petite en taille, je pense qu’elle est la plus âgée. Elle sait lire et écrire et tient un journal de bord sur leur vie.

Yuri est la plus insouciante et spontanée. Elle pose beaucoup de questions à Chito. Yuri a une certaine fascination pour les armes. Elle en porte d’ailleurs et s’entraîne à tirer.

Elles s’interrogent toutes deux sur la guerre et événement qui y ont mené. Elles vivent au jour le jour en espérant trouver des réponses sur leur monde et peut-être même des survivants.

Girl's Last Tour

Graphismes

Au début, les graphismes m’ont un peu surprise. Les visages des personnages sont vraiment minimalistes, mais cela donne finalement un certain charme au manga. Cela contraste avec les arrière-plans apocalyptiques et la sombre ambiance qui se dégage du manga. Les paysages urbains dévastés sont bien représentés et apportent donc un plus à l’univers du mangaka. Par moments, les décors ne contiennent que leurs traits principaux et une couleur grisée, assez simple, mais quand le mangaka se concentre sur les décors au premier plan, ils sont très bien travaillés.

Conclusion sur Girls’ Last Tour

Je pense que Girl’s Last Tour se démarque des autres œuvres Post-apocalyptique de par l’innocence des deux héroïnes et leur regard parfois naïf et interrogateur sur leur monde. De plus, le contraste entre le design des personnages, minimaliste et assez mignon et le monde en ruine, apporte un regard nouveau. Cependant, Girl’s Last Tour ne se contente pas d’être un manga contemplatif, de par les questionnements de ses héroïnes, il nous fait réfléchir sur notre monde actuel, l’humanité et la vie.

Je dirais que Girl’s Last Tour est un manga assez atypique qui mérite de l’ouvrir et de se laisser embarquer avec Chito et Yuri.

Quelques planches du manga :

Girl's Last Tour
Girl's Last Tour

© TSUKUMIZU 2014 / SHINCHOSHA PUBLISHING CO.

La Team te suggère aussi

Laisse un commentaire