Accueil Critiques Les Trésors du Nain: Beast Complex, le prologue de Beastars!
Les Trésors du Nain: Beast Complex, le prologue de Beastars!

Les Trésors du Nain: Beast Complex, le prologue de Beastars!

par Balin 25 juillet 2021

Pour cette nouvelle review, nous allons parler de Beast Complex, un recueil d’histoire courtes de l’autrice Paru Itagaki chez Ki-oon.

Les Trésors du Nain Paru Itagaki Beast Complex Volume 1 Beastars Recueil Avis Review Critique Ki-oon éditions

Beast Complex: un recueil d’histoires courtes

Ce premier volume de Beast Complex est en fait composé de 6 histoires courtes. Quatre d’entres elles sont parues avant le début de Beastars, en mars 2016. Les 2 dernières sont parues en août et novembre 2017.
Par ailleurs, il est à noter qu’il s’agit d’un volume 1. En effet, deux autres volumes sont déjà disponibles au Japon. On espère que Ki-oon publiera également ces derniers!

Autre petite précision, si Ki-oon publie le titre en tant que seinen, l’intégralité des histoires courtes furent publiées dans un magazine shonen, le Weekly Shonen Champion d’Akita Shoten.

En ce qui concerne l’ouvrage, il est de bonne facture, avec notamment un vernis sélectif que la couverture. Le seul reproche que j’aurais à faire, c’est que les pages sont parfois un peu fines et laisse transparaître leur verso.

Beast Complex Volume 1 Beastars Paru Itagaki Ki-oon éditions Avis Review Critique Les Trésors du Nain Couverture
© 2018 PARU ITAGAKI (AKITASHOTEN)

Lorsque herbivores et carnivores cohabitent, leurs relations sont souvent complexes, parfois intenses. Quelles que soient les règles adoptées, les barrières restent difficiles à faire tomber et chacun tente à sa manière de briser le carcan des idées reçues…
Un lion peut-il tisser des liens avec une chauve-souris dont les parents ont été dévorés par un fauve ? Qu’adviendra-t-il de l’amitié entre un petit tigre et un enfant castor quand ils grandiront ? À quoi ressemble la relation d’un dromadaire et d’une louve, où désir sensuel et appétit carnivore s’entremêlent ? Fraternité, amour, camaraderie… autant de sentiments partagés par tous, qui vont au-delà des apparences.

Et si la bestialité permettait de redécouvrir l’humanité ? À travers six histoires courtes passionnantes, Paru Itagaki pose les bases de l’univers de sa retentissante série Beastars. Tout y est : le campus mixte, le marché clandestin, les tabous sociétaux et, surtout, les personnages attachants qui échappent à tous les clichés… Beast Complex, première publication d’une jeune autrice au talent incroyable, est un concentré de tout ce qui fait la saveur de son œuvre !

Passons à la lecture de ces 6 histoires courtes!

Comme dans Beastars, on retrouve cette opposition carnivore/herbivore ainsi que toute cette ambiance particulière autour de la consommation de la viande. Rien d’étonnant étant donné qu’une partie des histoires ont été produites avant la série et lui ont servi de base.
Chacune des histoires aborde des thématiques qu’on retrouve aussi dans la série. L’amitié entre herbi et carni, l’amour aussi, le rapport au « carnivorisme ». Autant de thèmes complexes qui sont pourtant évoqués avec une facilité déconcertante, comme si tout allait de soi. C’était une lecture vraiment plaisante pour moi, mais j’avoue que le format « histoire courte » est frustrant et donne envie d’en avoir toujours plus.

Extrait Beast Complex Volume 1 Beastars Paru Itagaki Ki-oon éditions Avis Review Critique Les Trésors du Nain
© 2018 PARU ITAGAKI (AKITASHOTEN)

Scénario: 4/5

Pour ce qui est du dessin, j’admets avoir été surpris. Je n’ai jamais lu Beastars, je me suis contenté de la version animée. Alors forcément, quand j’ai vu les premières planches je n’ai pu qu’être interpellé. Le dessin de Paru Itagaki est très épuré. Peu d’aplats de noirs, peu de trames aussi. Et même en ce qui concerne les arrières-plans, beaucoup de cases montrent des personnages sans fond. Pourtant, il se dégage de son trait organique une étrange impression, comme si les personnages étaient vivants.
Ce fut très déroutant mais pas déplaisant pour autant. Une agréable surprise!

© 2018 PARU ITAGAKI (AKITASHOTEN)

Dessin: 4/5

Mais la grande force de ces histoires courtes, ce sont les personnages que l’on découvre. Tous échappent aux clichés habituels tant ils sont complexes. Plus précisément, ce sont les relations et les interactions qu’ils ont entre eux qui sont très intéressantes. L’autrice parvient avec brio à construire des personnages attachants, que l’on parvient à comprendre malgré des modes de pensée parfois archaïques, instinctifs. Tout semble très vrai. Personne n’est blanc, personne n’est noir; tout le monde est gris. C’est bluffant de voir des personnages aussi humains alors qu’ils n’ont d’humain qu’une vague silhouette.

Et à bien des reprises, j’avoue avoir été touché par la sensibilité des différents protagonistes.

Extrait Beast Complex Volume 1 Beastars Paru Itagaki Ki-oon éditions Avis Review Critique Les Trésors du Nain
© 2018 PARU ITAGAKI (AKITASHOTEN)

Relations et interactions: 5/5

L’autre force, à mon avis, ce sont les messages que délivre l’oeuvre. En lien direct avec les thématiques traitées, les histoires courtes de Beast Complex prônent l’acceptation des autres, l’acceptation de soi. Le principal message étant, à mon avis, de ne pas s’arrêter aux apparences et d’apprendre à connaître la personne. Ce côté très humaniste m’avait vraiment plu dans Beastars et je suis bien content de l’avoir retrouvé dans ce recueil.
Même dans des situations délicates, parfois très sombres, il y a toujours un espoir qui réside dans l’humanité de chacun. Je trouve que c’est vraiment admirable de vouloir mettre en scène et partager ce message.

© 2018 PARU ITAGAKI (AKITASHOTEN)

Messages: 5/5

Beast Complex, en résumé:

Ce premier volume de Beast Complex était vraiment plaisant à lire. Le format de recueil de plusieurs histoires courtes pourra en rebuter certains; je conçois que ça puisse être moins immersif qu’une série. Néanmoins, l’ensemble reste addictif. On prend plaisir à découvrir et à suivre les différents personnages que nous présente Paru Itagaki. J’avais un peu peur de rester sur ma faim au vu du format court, mais les histoires ont toute une conclusion correcte. J’aurais d’ailleurs bien du mal à vous dire quelle est l’histoire que j’ai préféré tant elles ont toute un charme particulier. Allez, top 3: La renarde et le caméléon, le kangourou et la panthère noire et le dromadaire et la louve.

On retrouve bien évidemment tout ce qui fait la spécificité et l’attrait de Beastars. L’apartheid herbivores/carnivores, des personnages solides avec un excellent développement (malgré un format beaucoup plus court!), les relations complexes et intéressantes entre ces derniers et tout un tas de thématiques (lutte des classes, tabous sociétaux et bien d’autres). Mais on retrouve aussi, et surtout, ce côté très humaniste. Pour ma part, je trouve que c’est un parfait complément à la série Beastars.

En ce qui concerne le dessin, c’est très épuré le trait à quelque chose d’organique comme si chaque personnage était dessiné d’un seul et unique trait. C’est assez joli visuellement presque doux, même si parfois certaines planches m’ont paru surchargées par les bulles.

J’attends avec impatience les volumes suivants, qui, à mon avis, seront tout aussi passionnants! Et j’espère y retrouver les autres thématiques abordées par la série au fil des tomes.

Note globale: 18/20

La Team te suggère aussi