Accueil Critiques Les Trésors du Nain: Berserk-À l’encre des Ténèbres
Les Trésors du Nain: Berserk-À l’encre des Ténèbres

Les Trésors du Nain: Berserk-À l’encre des Ténèbres

par Balin 27 juillet 2019

Aujourd’hui, je vous ouvre mon coffre afin de présenter une œuvre un peu atypique. Berserk-À l’encre des Ténèbres, de Quentin Boëton/Alt236 aux éditions Third

Alors qu’est-ce que ce livre? 

Il s’agit donc d’une analyse, véritable mise en relief de l’oeuvre colossale qu’est Berserk

L’oeuvre de Kentaro Miura n’est, je pense, plus à présenter, mais sait-on jamais. 

Berserk est l’histoire d’un guerrier meurtri et solitaire: Guts. Dans un monde mêlant Moyen-Âge et Fantasy, celui que l’on surnomme le Black Swordsman se voit chaque nuit assailli par des monstres cauchemardesques. 
Qu’a-t-il donc fait pour mériter ça? Quelle est son histoire, quel est son but? 

Ainsi voici le récit que nous propose Berserk, à travers les 40 tomes parus à ce jour. En France, ils sont disponibles aux éditions Glénat. Pour ce qui est de la parution japonaise, elle a lieu dans le Young Animal, à intervalles plutôt irréguliers et ce depuis 2004. 

Cela va sans dire, pour lire se livre, il faut être à jour dans Berserk. Ce livre n’est en rien d’une invitation à lire Berserk, c’est une invitation à le relire! 

Donc si vous n’avez jamais lu l’oeuvre, ne vous y aventurez pas, au risque de ne rien comprendre.

L’auteur est donc Quentin Boëton, peut-être le connaissez-vous mieux sous le pseudonyme Alt236? C’est le nom qu’il emploie lorsqu’il publie les vidéos sur sa chaîne Youtube. 

D’ailleurs, ce livre n’est pas sa première “collaboration” avec Berserk! En effet, le 22 août 2017, Alt 236 nous présentait sa troisième vidéo de la série Mythologics, celle sur Berserk

C’est d’ailleurs la vidéo la plus vue de sa chaîne à ce jour!
J’en profite donc pour vous recommander sa chaîne et tout le contenu qu’il y met! 

J’en profite pour vous parler d’une autre vidéo, elle aussi parlant de Berserk:

Parlons un peu maintenant du troisième membre à l’origine de ce livre: Third Editions

Third Editions est une maison d’éditions spécialisée dans les jeux-vidéos. Depuis 2015, leur ligne éditoriale s’articule autour d’analyse des grandes sagas du jeu-vidéo. 

Leur site et leur boutique juste ici: thirdeditions

Et j’ai une chose à dire à ce propos: quelle qualité! 

Résultat de recherche d'images pour "berserk à l'encre des ténèbres"
La version First Print du livre.

La couverture cartonnée épaisse, l’illustration magnifique, le papier également, les pages épaisses. L’édition est vraiment soignée, digne d’un objet de collection.

Pour la couverture, c’est Sinpiggyhead qui a officié et le résultat est, comme dit précédemment magnifique. Son site personnel juste ici.

Les couvertures alternatives sont également son oeuvre. 

Résultat de recherche d'images pour "berserk à l'encre des ténèbres"

Le coup de coeur du Nain

Oui déjà, vous avez bien lu. C’est déjà la conclusion. Comment ça? En fait, si je mets ma conclusion directement ici, c’est pour que ceux qui ne veulent aucun spoil quant au contenu soient sûrs de ne pas se faire spoiler, tout en ayant mon avis sur le-dit livre.
Pour ceux que cela ne gêne pas, évidemment, je vous invite à passer la conclusion pour l’instant, à continuer, et à y revenir à la fin de votre lecture de l’article! 

Ce que j’en ai pensé… Eh bien ce fut un sacré voyage! Ayant relu les 40 tomes d’une traite, j’avais déjà bien voyagé, mais la lecture de ce livre à la suite des 40 tomes m’a transportée à nouveau. Ce n’est pas qu’une simple enquête à travers Berserk que nous livre Quentin Boëton. Non, c’est plus que ça, c’est un supplément d’âme à l’oeuvre originale. L’avis d’un autre passionné, ses recherches, sa compréhension de l’histoire, sa connaissance. C’est quelque chose de vraiment très enrichissant pour la vision de l’oeuvre. 

Pour ma part, je n’ai jamais eu en horreur les gros livres écrits tout petit, mais j’avoue avoir été réticent au départ. Après un bref parcours du livre comme à mon habitude, une question s’est posée: Un livre sur Berserk sans aucune planche de l’oeuvre, sans aucun Guts ? 

J’étais sceptique. 

Mais j’ai continué. Et quelle surprise. On est emporté, les références, les influences on ne sait plus où donner de la tête. Tout ceci se lit très bien. On en apprend à chaque page. Alt 236, nous fait découvrir des oeuvres complémentaires à Berserk; on a envie de se plonger dans celles qu’on ne connaît pas encore. On devient avide de connaissance, de culture. C’est franchement génial.
Un grand merci à Alt236 pour son expérience et son partage, et à Third Editions pour lui avoir laissé sa chance.

Maintenant, passons un peu au contenu donc! 

L’auteur pose les choses dès le début de son livre, il ne s’agit pas d’une analyse au sens propre du terme. En fait ce livre correspond plutôt d’une enquête au sein de l’oeuvre.

En effet, Berserk est une oeuvre si dense, si complexe que l’analyser serait s’y perdre.
Quentin Boëton procède donc autrement, et cherche plutôt à décrypter l’oeuvre.

Evidemment, ce qui suivra ne sera qu’un condensé du livre, je n’en ferai qu’un bref inventaire. Je vous laisse le loisir de découvrir tout le travail d’Alt236 par vous-même. 

D’ailleurs, si vous souhaitez garder l’exclusivité de la lecture, je vous le répète, ne lisez pas la suite.

Vous avez fait votre choix? Très bien.
Alors pour ceux qui veulent plus d’information quant au contenu, commençons donc par le sommaire.

L’Introduction

Dans un premier temps, ce sont des rappels sur l’oeuvre, sur le contenu des 40 premiers tomes. On passe en revue les différents arcs du manga, du premier Le Guerrier Noir, à celui actuellement en cours intitulé Fantasia

Partie I: Le livre dont vous êtes l’antihéros

Cela commence par une présentation de l’oeuvre et des différentes sources ayant pu l’inspirer. Ponctué de passages issus des rares interviews de Miura, le texte évoque également la place de Berserk dans l’univers de la Fantasy

Pour poursuivre, ce sont les présentations des trois personnages fondamentaux: Guts, Casca et Griffith que l’on découvre. D’abord séparément, chacun subit une analyse approfondie, mettant en avant les enjeux qui leurs sont propres ainsi que les références qu’ils convoquent.

Par la suite, c’est la dynamique entre ces trois personnages qui est passée au peigne fin. Avant d’évoquer la relation entre Guts et Casca. Un passage est d’ailleurs consacré à Gusca

Vient ensuite un passage sur la symbolique de l’inconscient dans Berserk et les différents moyens qu’utilise Miura pour nous faire part de la psyché de ses personnages.

La présence de Puck, un point qui divise parmi les fans du manga, est également discutée. Moi même j’étais un peu réticent vis-à-vis de ce personnage, mais son importance pour le récit ne fait aucun doute. 

Cette première partie est donc une étude des différents acteurs du récit, allant jusqu’à la représentation de leurs psychés. Pour ma part c’est une partie que j’ai trouvé très intéressante et pertinente. Rares sont les histoires où les personnages sont si “humains”, si profonds. 

Partie II: Explorer les ténèbres

Grâce à cette partie, Alt236 entend bien mettre en avant l’univers que dépeint Miura. Il part d’abord du Midland, le pays où vivent tous les humains, et de sa rudesse inhérente. Evidemment, il est aussi question de la guerre qui fait rage en ce pays et de ce qu’elle permet pour l’auteur. Le tout est ponctué de références artistiques et cinématographiques dont Miura s’est inspiré. 

Les ténèbres se retrouvent également dans les personnages, Alt236 fait alors état des différentes affections psychologiques dont souffre les acteurs du récit. Après cette partie, on voit les personnages de Berserk différemment, on perçoit le fil sur lequel tous déambulent.

Et aussi et surtout, dans le visuel. L’auteur consacre toute une partie à l’esthétique de Berserk. Le body horror sa définition et sa représentation, la thématique du viol, ce qui dérange dans l’oeuvre.    

Mais explorer les ténèbres, c’est aussi déterminer le mal que l’on y trouve. Ainsi l’auteur nous dévoile l’échelle du Mal dans Berserk. Là encore, tout est très instructif, on commence à entrevoir la profondeur derrière le récit. 

Cette entrevue se poursuit, et vient la question du Bestiaire. Et là… C’est le festival! Les influences, les hommages. De H.P. Lovecraft à Devilman en passant par le réel. L’inventaire réalisé est incroyable, Alt236 met en évidence le travail du mangaka, mais force est de constater que son travail à lui aussi est impressionnant.. 


Partie III: Le bâtisseur d’univers

Cette partie se consacre plutôt à la structure de l’univers mis en place par Miura. Là aussi, on a une mise en avant des inspirations, des références utilisées.

Mais plus que ça, c’est la dimension historique de Berserk qui est mise à l’honneur. 

On retrouve des passages d’interview de Kentaro Miura, les rares informations qu’il ait daigné livrer étayent le propos. 

Là encore, une traque aux références a lieu, et encore une fois on apprend énormément de choses. Et on continue dans cet apprentissage avec des personnages emblématiques de l’histoire: Les God Hand

On s’attarde sur la façon dont ils ont été pensé, sur ce qui leur a servi de base. Des références cinématographiques avec Hellraiser jusqu’aux oeuvres artistiques de H.R. Giger, tout y passe. Evidemment je la fais courte, ce que je rapporte est très superficiel au regard de ce qui est abordé. 

Avec les God Hand, sont aussi mentionnées les cérémonies dans Berserk; celle de l’Occultation ou Eclipse particulièrement. 

Et un autre élément emblématique de Berserk… Les Béhérit. L’origine du nom, les concepts et la symbolique associés, le fonctionnement mais aussi les rapprochements avec d’autres objets similaires; on sait tout sur les Oeufs-Visages.

Et pour finir… La marque du Sacrifice et tout ce qui en retourne! Là aussi, plein d’informations améliorant la compréhension.  

Mais qu’est-ce que serait une enquête sur Berserk si on ne mentionnait pas le fameux chapitre 83, le chapitre perdu? Lui-aussi à également droit à son étude, aussi bien dans ce qu’il raconte que dans ce qu’il incarne et les raisons pour lesquelles il a été “perdu”.

Et pour aller encore plus loin, le rapport à la bible, l’inversion des valeurs, la question et le traitement de la religion dans l’oeuvre.

Mais aussi l’occultisme, Baphomet l’homme-bouc, et les rituels ésotériques. Tout ceci est abordé, détaillé et précisé, toujours avec cette démarche d’investigation. 

Et pour terminer… Le dernier monument emblématique de l’oeuvre… Le Chevalier squelette. Lui aussi à le droit à son étude. Hypothèse sur son identité, ses origines, ce qu’il représente, son utilité scénaristique, son lien avec Guts. Le portrait est là aussi très complet. 

Partie IV: Le labyrinthe de l’imaginaire

A partir de là, on se penche un peu plus sur les thèmes et les buts de l’oeuvre. 

L’imaginaire contre le fanatisme religieux. Il est même fait mention du Malleus maleficarum, livre utilisé et approuvé par l’Inquisition.
Autre texte mentionné: le Monomythe de Campbell

Un nouvel inventaire est réalisé, celui des sources de légendes: théâtres, contes, mythologie, romans, arts tout y passe.

Dans ce labyrinthe de l’imaginaire, on ne peut passer à côté d’un élément qui fait de Berserk ce qu’il est… C’est le style Kentaro Miura. Il est complémentaire à tout ce qui est dit et sous-entendu dans l’oeuvre. Il est référencé, efficace, adapté aux situations. Quentin Boëton va jusqu’à analyser une planche, la particularité de celle-ci? Elle est totalement muette. 

Et là vient un de mes passages préférés de ce livre: la partie histoire de l’art.
Cette fois, c’est un inventaire des artistes présents dans l’oeuvre, par des idées, des images, des mises en scène. Et je dois avouer que mettre les tableaux dont il est question est vraiment un plus dans cette partie. Merci Third Editions pour ça!

Alt236 va traquer jusqu’au moindre petit clin d’oeil, et on adore cela. 

Et pour finir, un autre passage des plus intéressants. Cette fois-ci, il n’est pas question de Berserk, mais bel et bien de celui qui se cache derrière, bien qu’il transparaisse parfois. 

Vous aurez bien entendu compris qu’il sera question de Kentaro Miura. Plein d’informations croustillantes par rapport à la dimension autobiographique de Berserk, mais aussi sur la part de Miura dans ses propres personnages. 

Il est également questions des choix du mangaka quant à son oeuvre, ceux ayant déjà été fait, et ceux qu’il devra faire à l’avenir. 

Voilà pour ce dont il est question dans ce livre. Je le répète, cette vision que j’en donne est des plus superficielles. Je ne peux même pas qualifier cela d’avant-goût. Si vous êtes fans de Berserk foncez. Mais avant, si vous ne l’avez pas lue, je vous rappelle que la conclusion vous attend!

La Team te suggère aussi

Laisse un commentaire