Accueil Critiques Tribunal : J’ai aimé School Days…
Tribunal : J’ai aimé School Days…

Tribunal : J’ai aimé School Days…

par Kito 24 février 2022

Mesdames et messieurs, je me présente, Maître Kito, et je représente aujourd’hui mon client lors de cette audience. Un animé très controversé, un manga peu connu, je parle bien entendu de School Days.

Je tiens tout de même à préciser que je vais décrire l’œuvre dans son entièreté, et que ; par conséquent, le risque de spoil est au plus haut.

Très chers jurés, je vais commencer par vous présenter ce qu’est School Days.

Présentation générale :

À la base, School Days est un jeu vidéo sorti uniquement au Japon en 2005 sur PC, puis sur PS2 et Playstation portable respectivement en 2008 et 2010. Il faudra attendre 2012 pour une sortie occidentale en Amérique du Nord.

Comme tout bon slice of life, School Days tourne autour d’un jeune lycéen, Makoto Itô. Vivant avec sa mère divorcée, il se débrouille souvent seul, notamment pour aller en cours en prenant le train. Et dans ce même train, il va tomber sous le charme de Kotonoha Katsura. Afin de la séduire, il pourra compter sur l’aide de Sekai Saionji, une camarade de classe.

Ce jeu vidéo mènera à 2 adaptations de l’univers : un animé, dont 2 OAV, et un manga en 2 tomes, avec une histoire parallèle.

Je ne vous parlerai ici que de l’animé car c’est qui est au cœur de notre sujet durant cette séance.

School Days : Un animé qui vous prends la tête

School Days a été animé pour la saison d’été 2007 par le studio TNK. La trame de base est la même que celle du jeu vidéo.

Préambule :

Une rumeur circule dans le lycée de Makoto. Si une personne met en fond d’écran l’être aimé, et que personne ne le remarque au bout de 3 semaines, elles seront alors unies pour la vie. Makoto n’est pas superstitieux, mais rien ne coûte d’essayer. Mais à peine assis à sa place, sa voisine de classe, Sekai le prend en flagrant délit. Elle se propose d’aider notre protagoniste à séduire Kotonoha au prix de dénigrer ses propres sentiments.

Au terme de quelques péripéties, Makoto finira par réussir à sortir avec Kotonoha. Mais l’idylle n’est que de courte durée. Makoto se fait une fausse vision du couple. Kotonoha n’est pas prête et cela aura pour conséquence de vite lasser Makoto.

School Days
© studio TNK

Makoto va donc vite retourner (littéralement) dans les jupons de Sekai. Il va donc s’éloigner progressivement de Kotonoha, sans jamais mettre les choses au clair avec elle. Jusqu’au moment où il sera trop tard. Mais du coup, qu’est ce qui cloche ? Dorénavant, Makoto et Sekai peuvent vivre leur amour malgré avoir brisé Kotonoha ? si c’était aussi simple.

School Days
© studio TNK

Makoto est un garçon ayant beaucoup de succès auprès des filles, et lorsque Sekai ne lui donnera plus ce qu’il veut, il n’a qu’à chercher dans son répertoire. Nous connaissons plusieurs de ses plans sur ce document même :

Au final, Makoto délaisse Sekai, mais elle tente de la récupérer en lui annonçant qu’elle est enceinte. Toutefois, cela n’empêche pas Makoto de continuer à papillonner. Jusqu’au soir de Noël, Sekai envoie Makoto faire une course pour un dîner aux chandelles. Et il compte bien profiter de ce petit moment sauf que tout le monde l’abandonne. Mais ce même soir, il tombe nez à nez sur Kotonoha. Cette dernière est devenue complètement folle après que Makoto l’a quitté. Il réussit à lui faire entendre raison, mais ne veut pas la laisser seule, s’inquiétant pour sa santé mentale. Lorsqu’il rentre chez lui, Makoto tombe sur le carnage que Sekai a fait du repas de Noël. S’ensuit une scène de ménage du couple, jusqu’au moment où Makoto annonce qu’il aime Kotonoha devant Sekai.

Un peu compliqué tout ça, mais les jours qui suivent ne sont pas simples non plus. Le lendemain, Makoto décide de parler à Sekai afin qu’elle avorte. Tout cela cogite dans la tête de Sekai, et lorsqu’elle voit son repas préparé avec amour dans la poubelle, elle vrille.

Sekai tue Makoto. Et Kotonoha découvre le cadavre de son amour. Elle donne rendez-vous à Sekai sur le toit du lycée avec le portable de Makoto. Kotonoha tue Sekai. Et lui ouvre le ventre afin de vérifier si elle est vraiment enceinte.

School Days
© studio TNK

L’anime se termine sur Kotonoha se laissant porter par le courant sur un bateau, serrant contre elle la tête décapitée de Makoto.

Les réactions :

Le premier animé que j’ai vu lorsque je me suis vraiment intéressé aux animés, c’est Parasyte. Le même ami m’ayant recommandé ce chef d’œuvre m’a ensuite conseillé School Days. Et ma réaction a très certainement été la même que la vôtre chers jurés. Les 2 ou 3 premiers épisodes, je me suis beaucoup reconnu en Makoto. Un garçon maladroit, un peu manche avec les filles. Et son évolution ne colle pas avec ce qu’on a eu de lui. À chaque moment, il m’a un peu plus énervé. Et pourtant, je ne pouvais m’empêcher de me dire qu’il allait se repentir. J’ai eu une grande affection pour Kotonoha, qui est vraiment le martyr de cet animé. C’est toutefois l’opposé pour Sekai. Je reviendrai sur leurs cas plus tard.

Viens le moment fatidique de la scène finale de School Days. Avec son OST inoubliable, je parle bien entendu de la mort de Makoto. Elle m’a traumatisé. La scène casse totalement avec ce qu’on pouvait attendre de l’animé à la base. Répertorié en Harem / Ecchi, on ne pouvait qu’imaginer un Highschool DxD sans pouvoirs et sans démons. Au final, nous avons un protagoniste égoïste, immonde. Et une fin qui en marque plus d’un.

Mais que penser de School Days ?

Pourtant, j’aime School Days. Le fait que ce soit l’un de mes premiers animés joue certainement ; mais son aspect réaliste fait qu’il est très intéressant. Depuis que j’ai commencé les animés, j’ai dû le voir 4 ou 5 fois, toujours en VF. Qu’est ce qui a mené à cette situation ? L’égoïsme de Makoto ? Oui, mais pas que. Il a la côte sans le savoir, et quand il s’en rend compte, il en profite. Le fait qu’il ait des plans réguliers n’est pas un souci en soi. Chaque personne est libre d’avoir une vie sexuelle comme elle l’entend. Là où il ne faut pas jouer, c’est quand vous êtes en couple, nous sommes bien d’accord.

Makoto est méprisable, mais ses partenaires le sont aussi. Bien sûr, la faute ne leur revient pas totalement, mais elles donnent à Makoto ce qu’il veut, quand il veut. Excepté entre Daisuke, ami de Makoto , et Kotonoha, il n’y a pas de viol. Toutes les partenaires de Makoto sont consentantes.

School Days
© studio TNK

Mais nous pouvons aussi blâmer Sekai. Après tout, pourquoi-a-t-elle donné à Makoto ce qu’il voulait ? Cela faisait-il partie de son plan ? Je ne pense pas. Tout comme Makoto, Sekai est autant à blâmer qu’à plaindre. Le garçon dont elle est éprise est amoureux d’une autre. Et quand vous êtes amoureux, vous voulez voir l’autre heureux. Elle pensait bien faire, mais s’est menti à elle-même. Elle a craqué une première fois en embrassant Makoto. Abasourdi, il n’a pas compris tout de suite, mais revient vers elle. Malgré le fait qu’elle lutte, comment tenir quand la personne que vous aimez vous dit les mots que vous voulez entendre ?

Et Kotonoha ? cette fille si pure, si innocente. Elle ne va connaître que la peine, et la folie. Elle qui aimait Makoto se retrouve seule contre tous. Haïe par les filles de sa classe, timide, et jetée par Makoto à cause de sa pureté. On la fait devenir ce qu’elle est. Point à noter, durant tout l’animé, plus Kotonoha sombre dans la folie, plus l’éclat dans ses yeux s’assombrit, symbole de sa plongée dans la folie.

© studio TNK

Mais si je vous dis que tout cela aurait pu être évité par une seule personne. Je parle de Setsuna Kiyoura. Cette fille était moquée au début du lycée à cause de sa petite taille, elle n’avait pas confiance en elle. Mais Makoto vient lui remonter le moral, et la défendre. Setsuna va alors développer des sentiments à l’égard de Makoto. L’année suivante, peu avant le début de notre histoire donc, les places sont tirées au sort. Setsuna pioche la place voisine à celle de Makoto. Et lorsque Sekai le remarque, elle supplie Setsuna de lui donner sa place. Chose qu’elle fait. Mais si Setsuna ne l’avait pas fait, rien de ce que l’on connaît ne serait arrivé. Ou alors, cela aurait recommencer, mais Kotonoha aurait été écartée, et Setsuna aurait pris sa place dans le triangle.

Que raconte School Days ?

School Days, c’est pourtant réaliste, même si peut-être un poil poussé. Mais cela renvoie aussi plusieurs messages. Si je devais définir l’animé en une phrase, ça serait : « l’habit ne fait pas le moine ».

Makoto est présenté comme un garçon timide, maladroit. Mais lorsqu’il a ce qu’il veut, il devient la pire des ordures. Kotonoha, timide, sombre dans la folie. Elle tue et s’exile avec un macchabée, et je suppose qu’elle se laisse mourir.

School Days, ça parle aussi de confiance en soi. Setsuna laisse Makoto à sa meilleure amie car elle ne croit pas en ses capacités à le séduire. Et rebelotte pour Sekai avec Kotonoha.

Confiance en soi, mais aussi confiance en les autres. On ne peut jamais avoir confiance en quelqu’un. Setsuna a confiance en Sekai pour pêcher des informations sur Makoto. Pourtant, elle cherche à lui voler. Kotonoha a confiance en Sekai sur sa relation avec Makoto. Pourtant elle lui vole. Et ainsi de suite.

Mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, School Days ça parle avant tout d’amour. L’amour, c’est beau. Passer du temps avec l’être aimé, le voir heureux, ça suffit à faire battre votre cœur. Mais l’amour, ça peut faire souffrir aussi. Si Kotonoha a sombré dans la folie, c’est à cause de son amour pour Makoto. Elle qui ne comprenait pas les couples n’en a fait qu’une mauvaise expérience sans s’en rendre compte du fait qu’elle ait été trop couvée. Même si c’est représenté à l’extrême, elle ne comprendra jamais que Makoto l’ait jetée comme pas permis.

Même constat avec Sekai. Je ne crois pas qu’elle ait vraiment été enceinte de Makoto. Je pense qu’elle cherchait à le récupérer par tous les moyens. Et je ne critique pas cela. Que feriez-vous pour récupérer la personne que vous aimez messieurs, dames.

Et encore une fois, Setsuna est un bon exemple encore. Elle a dû abandonner son amour pour Makoto par « amour » pour son amie.

© studio TNK

Pour conclure :

School Days est pour moi un bon animé. Je vous ai partagé ma pensée au travers de ma plaidoirie aujourd’hui mesdames et messieurs les jurés. J’espère vous avoir appris de nombreuses choses quant à l’animé, et que votre avis pourra changer en faveur de ce dernier. Je vous invite à vous pencher sur le manga écrit et dessiné par Sakazuki Homare. Le manga School Days reprend la même trame de base que l’animé, mais le développement se fait à l’opposé total. Il est pour moi important de le découvrir pour comprendre l’entièreté de School Days.

Je vous remercie pour votre attention.

La Team te suggère aussi