Accueil Critiques Animé été 2022 : Classroom of the Elite S2, quand Rent-a-Girlfriend rencontre Ayanokoji ?!
Animé été 2022 : Classroom of the Elite S2, quand Rent-a-Girlfriend rencontre Ayanokoji ?!

Animé été 2022 : Classroom of the Elite S2, quand Rent-a-Girlfriend rencontre Ayanokoji ?!

par Kito 18 novembre 2022

Classroom of the Elite, sans doute un des animés les plus attendus de cette saison d’été 2022. À l’origine, l’œuvre est un light novel sorti en 2015. Il est écrit par Kinusuga Shogo, illustré par Tomose Shunsaku et publié chez Media Factory. Il comporte 11 volumes au Japon, et n’est pas trouvable en France (mais peut-être bientôt ?!).

Une suite sort en 2020, intitulée Welcome to the Classroom of the Second-year. Elle comporte actuellement 8 volumes. En 2016, une adaptation manga voit le jour dans le Comic Alive, publiée par Media Factory, et dessinée par Ichino Yuyu. C’est en 2017 que nous découvrons l’animé produit par le studio Lerche. 5 ans après, alors que nous n’avions plus d’espoir de voir une suite, le studio Lerche annonce 2 saisons en préparation, l’une pour 2022, et l’autre pour 2023 !

À l’origine, je n’avais pas prévu de rédiger une critique sur la saison 2 de Classroom of the Elite pour la simple et bonne raison que je n’avais pas vu l’animé. Et il y a 2 semaines, je me suis chauffé pour commencer, ce qui nous mène à cet article. Laissez-moi donc vous partager mon ressenti sur cette seconde saison !

Connectez vos méninges, et préparez-vous à affronter l’élite du pays !

Nous reprenons là où nous avions laissé nos protagonistes 5 ans auparavant. Alors qu’ils sont sur le chemin du retour de leur examen spécial, un nouvel examen pointe le bout de son nez. Le jeu du VIP, qui dévoilera à la classe D qu’un traître se situe en leur sein.

Classroom of the Elite
© Lerche / Media Factory / Kinusuga Shogo / Tomose Shunsaku

Bien que cette épreuve semble un peu sans importance, elle aura en réalité un impact pour le reste de la saison. En effet, j’ai eu une vraie sensation de suivi pour cette saison. Si dans la 1ère, nous avions pu voir la classe D faire face à plusieurs épreuves, auxquelles Ayanokoji faisait face dans l’ombre, on a ici un procédé quelque peu différent. Chaque examen aura un impact sur le suivant indirectement.

La classe D et la classe C vont enfin entrer directement en confrontation, chose prévue par Ayanokoji . Nous avons d’abord un Ryuen persuadé que le leader de la classe D n’est autre que Horikita, il va vite déchanter lorsqu’il se rendra compte que ses défaites sont orchestrées par quelqu’un d’autre. Ce qui semblait être un duel, se transforme soudainement en chasse à l’homme. Indices laissés subtilement par Ayanokoji, Ryuen arrivera à Karuizawa, une jeune fille populaire au sein de la classe D. Après une torture intense, Ayanokoji sauvera Karuizawa et mettra fin au règne de Ryuen. Toute cette saison n’avait qu’un réel objectif : faire en sorte que Karuizawa tombe amoureuse de Ayanokoji afin d’en faire un pion parfait.

Classroom of the Elite
© Lerche / Media Factory / Kinusuga Shogo / Tomose Shunsaku

Si au premier abord cette saison peut sembler moins attirante que la première, je dois avouer que j’ai préférée celle-ci. D’abord, nous avons toujours droit aux fameux stratagèmes de Ayanokoji comme pour la saison 1. Sauf que cette fois-ci, nous avons un enjeu supplémentaire qui aura certainement des conséquences sur la suite. De plus, la défaite de l’un des antagonistes fait progresser la classe D dans la voie de la classe A. Toutefois, nous pouvons nous demander quelle sera la motivation de Ayanokoji dans la suite. En effet, il semble avoir « abandonné » le projet de conquête de la classe A, pourtant il semble toujours œuvrer dans ce sens. À moins que cette montée en classe ne lui profite pour un autre objectif ? Affaire à suivre dans la saison 3 !

Scénario : 4/5

Parlons maintenant de la mise en scène. Concernant l’animation, elle est plutôt bonne, même si ce n’est pas nécessairement la chose qu’on demande pour cet animé. Le travail des seiyuus est suffisant, et je n’ai pas noté d’OST particulière. Il y a cependant une scène qui m’a marqué, celle du combat entre le groupe de Ryuen et Ayanokoji. C’est, en soi, le vrai premier combat que nous pouvons voir dans l’animé. Ayanokoji bat sans mal les 4 sbires de Ryuen, avant de s’attaquer au Roi lui-même.

Avant ce même combat, nous pouvons voir Karuizawa se faire torturer. On ressent toute la tension et le malaise dans cette scène. Mais pour le combat, on est sur quelque chose de beaucoup plus mou. Lorsqu’un personnage donne un coup, on a l’impression qu’il tape avec un coussin sur les mains. C’est un peu décevant. Toutefois, la scène reste emplie de tension. On sent une vraie confrontation d’idéaux.

Mise en scène : 3/5

Parlons maintenant des personnages. Nous pouvons noter dans cette saison 4 personnages qui se démarquent à savoir Karuizawa, Ayanokoji, Ryuen et Kushida.

Mais je parlerais d’abord brièvement de Horikita. Je n’ai pas décidé de l’inclure parmi ces personnages car elle est beaucoup moins présente dans cette saison que dans la première, du moins, elle est sans arrêt menée en bateau. Elle aura globalement servi uniquement de couverture à Ayanokoji.

Commençons donc avec Kushida. Elle est cette fois-ci passée à l’action et révèle son but, à savoir renvoyer Horikita. J’avoue avoir un peu de mal à comprendre ce que veut le personnage. Si dès les débuts elle agissait en tant que fausse personne afin de planter un couteau dans le dos de Horikita, elle a décidé un peu à la dernière minute de faire de même à Ayanokoji.

Karuizawa Classroom of the Elite
© Lerche / Media Factory / Kinusuga Shogo / Tomose Shunsaku

Karuizawa est la fille populaire de la classe D. Elle sort avec Hirata, le garçon populaire de la classe. Il ne s’agit en réalité que d’une couverture puisque Karuizawa cache un lourd passé. Cette dernière a été harcelée de nombreuses années, et ne veut pas que ça se sache. J’avoue que le personnage m’a touché dans sa sensibilité, mais elle n’est malheureusement pas au bout de ses peines. En effet, comme j’ai pu le décrire auparvant, Ayanokoji a fait en sorte que cette dernière tombe amoureuse de lui. Et ce, par des procédés déplorables. Elle a été torturée plusieurs fois durant la saison, que ça soit physiquement ou psychologiquement. Reste à voir comment les choses évolueront pour elle.

Passons à Ryuen, un personnage avec qui j’ai toujours eu du mal. Son côté trop sûr de lui en fait un personnage exécrable, surtout aux vues de ses actions. Et cela, au point où je finis par me demander si le personnage est vraiment intelligent. Il semble se faire mener en bateau par un peu tout le monde. À la fin de la saison, il nous déballe un monologue afin de se mettre encore plus en avant, prétendant qu’il n’a peur de rien et tout le tralala. Au final, il s’est simplement fait souiller une fois de plus, et devient le chien-chien de Ayanokoji, mais encore une fois, la saison 3 peut nous réserver des surprises.

Ryuen
© Lerche / Media Factory / Kinusuga Shogo / Tomose Shunsaku

Enfin Ayanokoji. Je n’ai pas grand-chose à dire, si ce n’est que c’est le MVP de la série. Ce qui rend Classroom of the Elite si intriguant à suivre, c’est bien ce personnage. On ne connait pas ses objectifs précis, ni par quels procédés il va se sortir d’une situation. Tout au long de la saison, il est toujours resté impassible. Mais que se passera-t-il lorsqu’il sortira de ses gonds ? Et que cache réellement son passé ? D’une certaine façon, il me fait penser à Yuichi dans Tomodachi Game, même si les deux sont très différents.

Ayanokoji Classroom of the Elite
© Lerche / Media Factory / Kinusuga Shogo / Tomose Shunsaku

Personnages : 3.5/5

Enfin le message de cette saison de Classroom of the Elite. Dans un premier temps, je voudrais parler de la présence de l’entraide. Cela ne vous aura pas échappé, la classe D est considérée comme la plus mauvaise de l’école. Leurs notes étant mauvaises, ils ne peuvent s’en sortir. Toutefois, nous avons ici une union de la classe qui les fait remonter dans le classement. Certes leur combat n’est pas terminé, mais nous avons ici une remontada due à leur collaboration. On le voit d’autant plus dans le cas du petit groupe nouvellement créée de Ayanokoji.

Karuizawa
© Lerche / Media Factory / Kinusuga Shogo / Tomose Shunsaku

J’en parlais dans la partie personnage, mais nous avons aussi le harcèlement avec Karuizawa. D’une certaine façon, nous avons ici les conséquences de ce que peut causer un harcèlement. Dans son cas, elle est traumatisée, et fait confiance à la première personne qui lui tend la main. On voit la perte de confiance dans le for intérieur du personnage, et elle dépend maintenant entièrement de la personne qui l’a « sauvée ». Cela prouve aussi que le harcèlement peut survenir à tout moment, sur toute personne. Karuizawa semble populaire au premier abord, elle donnerait l’impression que c’est elle la harceleuse, mais il n’en est rien. L’habit ne fait pas le moine, nous en avons ici encore une belle preuve.

Message : 4/5

Comme je le disais en introduction, je n’ai découvert Classroom of the Elite que récemment. Si j’ai apprécié la saison 1, j’ai trouvé la saison 2 bien plus prenante. Nous passons d’une diffusion « slice of life » à une vraie direction avec un fil rouge. J’espère que la saison 3 sera dans la même lignée, ce qui promet quand nous voyons la scène post générique du dernier épisode. Pour les intéressés, sachez que l’animé est disponible sur Crunchyroll avec 12 épisodes pour les 2 saisons.

Note Globale : 14.5/20

La Team te suggère aussi