Accueil Critiques Banana Fish : Un must-read et plus encore ?!
Banana Fish : Un must-read et plus encore ?!

Banana Fish : Un must-read et plus encore ?!

par Fujoshi no Lexxie 1 novembre 2020

Avec l’annonce en septembre dernier par Panini d’une réédition à paraître chez eux pour 2021, les passionnés de l’œuvre d’Akimi Yoshida sortie en 1985 furent exaltés et pour cause. Les exemplaires du fameux manga mettant en scène le voyou de New York Ash Lynx et l’ingénu japonais Eiji Okumura sont introuvables à moins d’être passé voir son banquier au préalable. L’occasion était trop belle pour ne pas rappeler pourquoi Banana Fish est un must read.

Banana Fish couverture tome 1
Couverture du tome 1 de la première édition.

L’histoire

En pleine zone de guerre dans le Vietnam de 1973, un soldat américain saisit son arme et ouvre le feu sur son unité. L’homme tient des propos incohérents. Abattu, il va murmurer lors de son dernier souffle deux mots : Banana Fish. Douze années plus tard, la police est face à une série de suicides étranges. Tandis qu’un homme est froidement tué dans la rue, Ash Lynx un jeune chef de gang reçoit de l’inconnu une mystérieuse substance. Rapidement, il flaire un lien avec les morts suspectes qui s’enchaînent sur son territoire. Bien décidé à trouver les réponses à ses questions, le chat sauvage commence à enquêter. Aussitôt, il se met à dos le parrain de la pègre new-yorkaise Dino Golzine. Papa Dino va tout faire pour récupérer le produit et l’empêcher d’arriver à la vérité.

Voilà pour le point de départ. Le plot vous a convaincu ? Toujours pas ? Dans ce cas, puisqu’il en faut plus, parlons un peu de l’univers qui en fait un ovni et une pépite dans son propre genre.

Banana Fish, ce briseur de code ?

Banana Fish – Coherent Cats

Totalement ! Tout d’abord parce que, non content d’être classé dans la catégorie shojo, le manga en dix-neuf volumes est un boy’s love. Pour autant, à aucun moment, Akimi Yoshida-sensei n’ouvre son starter-pack du bon shonen ai. L’auteure façonne une histoire qui ne dévie jamais de son atmosphère. Cette dernière n’est pas sans rappeler l’époque du célèbre Al Capone.

Du sombre encore et encore

L’œuvre est définitivement sombre et le rythme effréné tient presque en haleine. Ici le lecteur tourne les pages avec la crainte de voir apparaître un mort, une trahison ou tout ce qui peut être normal dans cet univers de gangsters. Il suit le récit d’une survie qui implique le meurtre et la soumission de l’autre.

La mort et la vérité

Lire Banana Fish c’est s’immerger dans le New York poisseux et dangereux des oubliés du destin. Les personnages appartiennent à la rue et n’osent espérer d’y échapper un jour. Le plot nous entraîne dans leur quotidien de drogues, viols, assassinats et fusillades. Il y distille pourtant de fidèles camaraderies, et une fraternité à faire rougir de vrais frères de sang. Le scénario ne s’égare jamais. Le seul objectif de cette escalade de violence est de trouver ce qu’est le mystérieux Banana Fish. Le développement se fait en six arcs. Il enferme littéralement le lecteur dans l’angoisse constante de cet affrontement. D’un côté, il y a les voyous qui souhaitent défendre cette rue qui est leur maison et les pontes de la pègre qui veulent la salir encore plus en utilisant les procédés les plus perfides.

Malgré tout un shojo ?

Tout au long de l’œuvre la relation entre Ash et Eiji ne laisse la place à aucun doute. Cependant, l’histoire ne s’éloigne jamais de son fil de violence. Et c’est en cela qu’il est possible d’affirmer que la mangaka a réussi a su aboutir à une création magistrale. En effet, il n’y est jamais question de sentiments mais uniquement de ressentiments. Akimi Yoshida évoque l’amour, l’abnégation, l’espoir et la renaissance en dépeignant avec une justesse cruelle et presque dérangeante la haine, le désir de pouvoir, la résignation et l’inéluctabilité. Une chose est sûre, la réédition de Banana Fish par Panini est attendue par plus d’un. Reste à savoir si après avoir lu ces lignes, vous en ferez partie.

Une série pour attendre

Pour ceux qui ne veulent pas patienter pour se procurer ce bijou, une adaptation en série animée est sortie en 2017. Elle fait partie du catalogue d’Amazon Prime. Avec le studio MAPPA à l’animation et Hiroko Utsumi à la direction (Hyouka, Beyond the boudaries, My Hero academia 2017 et Dororo entre autres). Ce sont vingt-quatre épisodes qui vont permettre de préparer le retour de Ash et Eiji.

La Team te suggère aussi

Laisse un commentaire