Accueil NewsMangas Les assistants de Fujimoto prennent leur envol !
Les assistants de Fujimoto prennent leur envol !

Les assistants de Fujimoto prennent leur envol !

par Aouiru 1 novembre 2021

Parmi les mangas les plus cotés du moment, Spy x Family, Dandadan et Hell’s Paradise sortent du lot. Des mangas réalisés par les assistants de Fujimoto, l’auteur de Chainsaw Man.

Spy X Family, Hell’s Paradise ou encore Dandadan. Ces noms vous disent probablement quelque chose puisqu’ils connaissent un réel succès au Japon. Et à l’exception de Dandadan, ils ont déjà été édités en France et recevront prochainement une adaptation animée.

En plus de tout cela, ils partagent un autre point en commun. Ils ont tous été réalisés par des assistants de Tatsuki Fujimoto, l’auteur de Fire Punch et Chainsaw Man. Mais qui sont ces assistants devenus des mangakas confirmés ?

Tatsuya Endo

Celui-ci, c’est le mangaka à l’origine de Spy x Family, manga déjà édité en France et qui recevra d’ailleurs une adaptation en anime très prochainement. Il faut dire que c’est un véritable hit écoulé à plus de 10 millions d’exemplaires depuis la sortie du premier tome en 2019.

Un succès boosté par Manga Plus. Sur la version japonaise de la plateforme de lecture, Spy x Family se trouve à la 11ème place des mangas les plus lus.

Comme vous avez déjà X raisons de commencer Spy x Family, parlons de l’auteur, Tatsuya Endo.

La carrière de Tatsuya Endo débute sous la houlette de Yasuhiro Kano (Mx0, Pretty Face). Il devient ensuite l’assistant de Nishi Yoshiyuki (Muhyo & Roji’s BSI) puis de Tatsuki Fujimoto, qu’il a assisté dans le dessin de Fire Punch. Parallèlement à tout ça, Endo produira deux mangas édités en France chez Kazé: Tista et The Moon Sword.

Spy x Family, le travail d’un perfectionniste

Mais c’est son dernier manga, Spy X Family, qui connaît la plus grande réussite. Une réussite qu’il doit en partie à Shihei Lin, le responsable éditorial à l’origine de l’arrivée de Spy x Family dans le Jump. Lin et Endo ont d’ailleurs forgé un lien si fort que le « tanto » est d’ailleurs le meilleur pour parler du travail d’Endo.

« Tatsuya Endo a une grande empathie envers ses protagonistes ; il est du genre à se mettre à la place de ses personnages. Quand ils doivent traverser des épreuves terribles, cela a un impact sur lui aussi. Cela faisait deux séries de suite que je le voyais faire ses story-boards en souffrant en silence. Je lui ai suggéré qu’on fasse une œuvre sur un ton plus léger, moins pesant »

Pour Shihei Lin, le succès de Spy x Family est dû au caractère maniaque de Tatsuya Endo : « C’est quelqu’un de très perfectionniste et il déteste soumettre des nemu ou des planches qui ne le rendent pas satisfait à 100%. Un des avantages de Jump Plus pour les auteurs, c’est qu’on peut ainsi moduler le rythme de publication quand le dessinateur a besoin de plus de temps.

Je me souviens que lorsqu’il était publié en mensuel, Monsieur Endo avait dû rendre des planches à contrecœur pour respecter les délais et que c’était devenu une source de stress pour lui. C’est une des raisons qui fait son succès, je pense ».

Yuji Kaku

Passons ensuite à Yuji Kaku, auteur de Hell’s Paradise. Ce manga raconte l’histoire de Gabimaru, un célèbre et puissant ninja-assassin du XIe siècle capturé et croupissant en prison.

Affirmant n’avoir plus aucune raison de vivre, il attend désespérément qu’un bourreau parvienne à lui ôter la vie car son entraînement surhumain lui permet de résister aux pires des châtiments.

C’est alors qu’il reçoit la visite d’une exécutrice particulière : une puissante manieuse de sabre et trancheuse de tête. Après un âpre combat auquel il survit miraculeusement, celle-ci le met au pied du mur. En échange de la vie sauve, il devra se rendre sur une île mystérieuse afin de récupérer un élixir d’immortalité. Seul problème : tous ceux qui se sont rendus sur cette île sont revenus découpés en morceaux.

Charmant n’est-ce-pas ? Comparé à Spy x Family ; Hell’s Paradise est un shonen violent et énergique, un trait que l’on retrouve dans Fire Punch. Normal finalement; quand on sait que Kaku Yuji a assisté Fujimoto et s’est inspiré de son travail.

The Remembrance Tax

Pour autant, ce manga écoulé à plus de 3,6 millions d’exemplaires n’est pas le premier de Yuji Kaku.

Retour sur la carrière de Yuji Kaku !

Les débuts de Yuji remontent à 2009, avec la publication d’un one-shot de 41 pages, The Remembrance Tax. Une œuvre publiée dans le Jump Square, version mensuelle du Jump.

Par la suite, d’autres mangas ont été réalisé comme Fantasma, un nouveau one-shot publié en 2013. Environ un an plus tard, le manga a été transformé en série jusqu’au dernier tome sorti le 4 juillet 2014. En 2016, Kaku a créé un nouveau one-shot, Jailbreak Princess, lui aussi sérialisé dans le Jump Square.

Pour Fujimoto, Yuji Kaku a su s’inspirer de son travail dans Fire Punch et en a profité pour sublimer son propre manga:

« Kaku a solidifié et incorporé les idées sur les différents aspects de la conception des personnages dont nous avons parlé en travaillant ensemble sur Fire Punch.

Il y a divers changements, par exemple, le caractère fort ; mais les conceptions sont toujours telles qu’elles étaient lorsque nous en avons discuté à l’époque »

Tatsu Yukinobu

Des trois, c’est celui que l’on connaît le moins pour le moment. Il faut dire que les seules informations à son sujet sont son travail en tant qu’assistant de Tatsuki Fujimoto pour Chainsaw Man mais aussi avec Yuji Kaku, qu’il a assisté dans Hell’s Paradise.

On sait aussi que nombres de ses idées de séries ont été refusée par les maisons d’éditions japonaises. Pour autant, cela ne l’a pas empêché de persévérer selon Shihei Lin.

« Yukinobu avait fait 2-3 one-shots qui avaient été plutôt populaires, mais aucune de ses propositions de série n’avait abouti. Il avait soumis des séries à Jump Square mais malheureusement elles n’ont pas été retenues, de même pour le Shonen Jump.

Il m’a donc demandé s’il ne pouvait pas travailler comme assistant chez un auteur en cours de publication pour apprendre ce qui lui faisait défaut, et c’est ainsi qu’il a aidé Tatsuki Fujimoto sur la fin de Fire Punch puis sur Chainsaw Man.

Comme il était vraiment très doué en dessin et surtout très rapide ; je me suis dit que ce serait vraiment dommage de pas lui offrir le moyen de faire sa propre série ; alors on a travaillé à un nouveau concept ensemble. C’est comme ça que Dandadan est né« 

Si Dandadan n’a pas été accepté facilement, Tatsu Yukinobu a vite reçu le soutien de ses pairs: « ses anciens mentors sont très satisfaits de son travail, et je pense que même les lecteurs de Chainsaw Man ont pu reconnaître son trait sur certaines planches« 

Dandadan, le prochain hit du Jump ?

La confiance de Shihei Lin envers Tatsu Yukinobu a clairement porté ses fruits ; Dandadan est à l’heure actuelle l’un des plus gros hits du Jump. En mai dernier, Dandadan avait déjà été vu plus 5 millions de fois sur le Jump Plus avec seulement 7 chapitres publiés ! Près de 6 mois et 23 chapitres plus tard ; le manga est toujours aussi populaire, occupant la 9ème place des mangas les plus lus sur Manga Plus.

Il faut dire que l’intrigue de Dandadan est particulièrement excitante. Le manga suit les aventures de Takakura, un garçon passionné par les complots mais qui ne croit pas aux fantômes, et Ayase, une fille bercée par les esprits mais qui ne croit pas aux extraterrestres.

Si tout les oppose ; leurs aventures face à tout type d’esprits ou d’aliens vont les pousser à s’associer pour faire face à tous leurs nouveaux ennemis.

Au delà de cette intrigue, c’est surtout le style artistique et scénaristique de Yukinobu qui détonne. Ce qui fait vraiment la force de Dandadan, ce sont ses personnages, qui fondent la série et la rendent agréable à suivre. Ayase et Takakura sont tous deux extrêmement bien écrits, tout comme leur histoire commune.

Le côté maladroit de Takakura est totalement en contraste avec l’audace et l’insolence d’Ayase ; mais lorsqu’ils sont ensemble, ils sont capables de se nourrir l’un de l’autre pour travailler ensemble. Mais surtout, on sent beaucoup d’énergie dans le dessin de Yukinobu ; avec des scènes d’actions toujours très détaillées et des personnages, qui disons le clairement, ont un flow titanesque.

Et croyez-moi, quelque chose me dit que les éditeurs français planchent déjà sur l’édition de Dandadan en France, même si seulement 2 tomes sont sortis au Japon. Si j’ai un conseil à vous donner, c’est de foncer sur Manga Plus pour découvrir cette énorme pépite !

La Team te suggère aussi