Accueil Critiques Lumière sur… Dimension W : enquête, cyberpunk et baston !
Lumière sur… Dimension W : enquête, cyberpunk et baston !

Lumière sur… Dimension W : enquête, cyberpunk et baston !

par Balin 1 juin 2022

Mettons de la lumière sur Dimension W ! Découvrez un manga à l’intrigue palpitante, dans un monde cyberpunk !

Aujourd’hui, j’inaugure un nouveau format sur Gaak.fr: «Lumière sur…». Le but étant de mettre en avant des oeuvres coup de coeur, qui méritent qu’on y jette un oeil !

Et pour ce premier article, je vais vous parler d’un seinen de science-fiction ! Au travers de 5 raisons, je vous livre mon avis sur Dimension W !

Pour présenter un peu le titre, Dimension W est un manga seinen de Yuji Iwahara. La série paraissait dans le magazine Young Gangan de Square Enix entre 2011 et 2019. Elle compte 16 volumes.
En France, c’est Ki-oon qui publie le titre, en nous offrant une très belle édition. On trouve de jolies pages couleurs dans chacun des volumes, mais aussi et surtout des jaquettes phosphorescentes ! Le papier est de bonne qualité, sans transparence. Et on peut également noter que le tome 16 est un beau bébé de 278 pages!

Synopsis:

2072. L’humanité a enfin trouvé la solution à tous les problèmes d’approvisionnement en énergie. Les coils, des bobines électromagnétiques qui fournissent des ressources inépuisables, ont relégué batteries et autres câbles au rang d’antiquités. Kyoma Mabuchi, lui, a tourné le dos à cette technologie révolutionnaire. Amoureux des bonnes vieilles voitures à essence, il préfère passer son temps à bricoler ses bolides. Pour gagner sa vie, ce chasseur de primes d’un genre nouveau s’est spécialisé dans la récupération des coils illégaux, qui, détournés de leur usage de base, peuvent se transformer en armes redoutables… Alors qu’il enquête sur deux petites frappes des bas quartiers, son chemin croise celui de Mira, une mystérieuse prisonnière dont le destin semble intimement lié aux coils. À ses côtés, Kyoma va vite découvrir que cette technologie miraculeuse pourrait bien conduire l’humanité à sa perte…

Et pour ceux que ça intéresse, il existe une adaptation animée, disponible sur Wakanim ! Produite par Studio 3Hz et Orange, l’anime compte 12 épisodes, un épisode spécial, et 5 épisodes chibis. Malheureusement, cela ne couvre pas l’entièreté de l’œuvre, en plus de passer sous silence plusieurs éléments de l’intrigue. C’est donc une première raison pour lire le manga.

Pourquoi lire Dimension W ?

Coil N°1 : Son univers

La première chose qui m’a attiré dans Dimension W, c’est son univers. Des manga qui proposent de la science-fiction, il y en a. Mais des manga qui proposent de la hard-SF et du cyberpunk, il n’y en a pas des masses.

En 2072, les scientifiques ont découvert une nouvelle source d’énergie: la Dimension W, qui donne son titre à l’oeuvre. En se basant sur les travaux de Nikola Tesla, ils ont créé les coils ; des dispositifs à induction électro-magnétique qui permettent d’utiliser l’énergie de la dimension. L’auteur fait intervenir des concepts physiques et technologiques bien réels, en y ajoutant un soupçon d’imaginaire. C’est une base solide, tout à fait crédible car on sent que l’auteur a travaillé son sujet.

Dimension W Avis Review Critique Ki-oon éditions Yuji Iwahara Kyoma Mira  Cyberpunk Science Fiction SF Les Trésors du Nain

Les coils permettent de solutionner tous les problèmes d’énergie, et ont ainsi permis des avancées rapides pour la société. Désormais, les androïdes sont aussi courants que les voitures. L’armée s’y est également intéressé, et a développé des coils militaires ultra puissants; gardés bien précieusement.

Évidemment, cela suscite la convoitise… Un marché parallèle s’est développé; des coils illégaux circulent, utilisant l’électricité de manière frauduleuse. Ils offrent plus de puissance que ceux à usage civils; mais sont également moins stables. En conséquence, des Récupérateurs agissent dans l’ombre; comme leur nom l’indique, ils sont chargés de récupérer les dispositifs illégaux.

C’est un univers très complet, cependant il faudra parfois vous accrocher pour tout saisir. Yuji Iwahara donne énormément d’informations, c’est foisonnant et cela peut être rebutant; encore plus si vous n’avez pas la « fibre » scientifique.

Coil N°2 : Ses personnages

Dans cet univers; on suit Kyoma Mabuchi, un féru de voitures à moteur thermique. Sa passion et son aversion profonde pour les coils en font un marginal de la société. Néanmoins, c’est grâce à ces bobines électromagnétiques qu’il vit, il est Récupérateur. Bourru et souvent agressif, il n’en est pas moins attachant. En effet, le personnage a un lourd passé que l’on découvrira par la suite et qui ne manquera pas de susciter notre empathie.

Son quotidien bien réglé sera chamboulé lorsqu’il fera la connaissance de Mira. Une humaine ? Non, c’est un androïde. Pourtant, elle semble capable de pleurer et de ressentir des choses; elle a même un sacré caractère. De plus, ces origines sont floues : sa conception défie l’entendement, à qui appartient-elle ? C’est ce mystère qui poussera Kyoma à prendre le robot sous son aile, lui, qui pourtant déteste ces technologies. Le récit repose donc sur ce duo improbable, presque contre-nature, ce qui crée une dynamique très intéressante.

Dimension W Avis Review Critique Ki-oon éditions Yuji Iwahara Kyoma Mira  Cyberpunk Science Fiction SF Les Trésors du Nain

Outre ces deux là; Dimension W propose un casting impressionnant. Les personnages sont nombreux mais ont tous un rôle dans l’intrigue. De fait, ils ont également tous droit à un développement qui permet de les rendre attachants. Et même ceux qui sont détestables au premier abord se révèlent très touchants, à mesure que l’histoire avance.

L’auteur ne tombe d’ailleurs que rarement dans les stéréotypes de personnages unidimensionnels; et se permet également de proposer des personnages de tous horizons en installant son intrigue à l’échelle mondiale. C’est assez rare pour le souligner, je pense, vous aurez droit à des personnages africains, bien construits et rafraîchissants dans le monde du manga (avec en prime, une petite vibe du Wakanda).

Coil N°3 : Son intrigue

Dimension W nous propose une intrigue dont la forme évolue au cours de son déroulement. Dans un monde de science-fiction, l’histoire débute comme un récit de chasseurs de prime. Kyoma fait son travail de Récupérateur, il démantèle des réseaux de trafiquants en se servant de ses capacités physiques et de ses techniques de combat. Les missions s’enchaînent et ne se ressemblent pas.

Il trouvera une alliée en la personne de Mira, qui l’accompagnera dans ses missions. Avec elle, l’intrigue se ramifiera. L’androïde, en plus d’être auréolée de mystère, est un véritable aimant à problèmes. Le récit prendra alors la forme d’une quête d’identité; pour Mira, mais aussi pour Kyoma, dont on découvrira qu’il porte de lourds secrets. En filigrane, Yuji Iwahara nous présente donc des personnages dépendants de leur passé.

Dimension W Avis Review Critique Ki-oon éditions Yuji Iwahara Kyoma Mira  Cyberpunk Science Fiction SF Les Trésors du Nain

Par la suite, ce passé deviendra un élément clé de l’intrigue: après l’avoir cherché et trouvé, nos protagonistes devront s’en détacher, s’en affranchir pour affronter le présent… Voire le futur ! Tout s’imbrique parfaitement, et c’est un véritable plaisir de découvrir cela.

Enfin, il y a le sujet sous-jacent de cette quatrième dimension et de ce qui y est rattaché. Les coils illégaux, les Numbers, les manifestations W, les coils doubles… Nébuleuse dès ses débuts, cette intrigue s’épaissit pendant une grande partie de l’oeuvre avant d’atteindre un climax très bien géré. Il y a évidemment tout un tas de sous-intrigues dont la plupart sont bien pensées et pertinentes; et autant de péripéties.

Les mystères sont nombreux, et rendent le manga palpitant. Les révélations sont surprenantes, les moments dramatiques sont poignants. Mon seul regret par rapport à ce manga: J’aurais aimé qu’il dure plus longtemps. Plusieurs éléments auraient mérité d’être approfondis.

Coil N°4 : Ses visuels

Du point de vue des visuels; Yuji Iwahara livre un travail magnifique avec Dimension W. Il suffit de regarder les couvertures des tomes pour s’en rendre compte !

Au delà de ça, l’auteur nous propose des designs originaux pour chacun des personnages. Tous possèdent une identité propre, ce qui fait qu’ils sont parfaitement reconnaissables.

Les arrières-plans font l’objet d’un travail précis; autant de détails qui nous permettent de nous plonger, de nous immerger dans l’univers qu’à construit l’auteur. D’ailleurs, pour une fois, on n’a pas droit à du photoréalisme pour les véhicules ! La Toyota 2000 GT ou la Lexus LFA 2012 de Kyoma sont bel et bien des dessins d’Iwahara !

Dimension W Avis Review Critique Ki-oon éditions Yuji Iwahara Kyoma Mira  Cyberpunk Science Fiction SF Les Trésors du Nain

Il propose des mises en scènes ambitieuses, avec des points de vue audacieux. Le trait de l’auteur est clair et permet de toujours avoir une bonne compréhension de l’action. S’ajoute à cela un découpage dynamique qui rend le tout percutant et fluide; un cocktail parfait en somme !

Etrangement, le coup de crayon d’Iwahara n’évolue pas beaucoup au cours des 16 tomes. Ce n’est pas un problème puisqu’il est déjà très abouti; mais cela ajoute tout de même une belle consistance à l’oeuvre. On retrouve cette consistance dans l’encrage, qui peut rappeler celui de certains comics dans l’utilisation des aplats de noirs. Il adapte également son trait aux situations, proposant parfois des visuels proches de l’horrifique !

Et pour ceux qui se poseraient la question… Il n’y a aucun fanservice inutile, presque un miracle à l’heure actuelle.

Coil N°5 : Ses thématiques

Et s’il y a bien un point de Dimension W que je retiendrai, ce sont ses thématiques. Au travers de son manga, Yuji Iwahara traite tout un tas de sujets assez atypiques à mon sens.

Le premier à trait à la technologie. Il étudie le rapport de l’humain à celle-ci, montre sa dépendance. Il met en scène les risques liés à son utilisation, sa dangerosité, sa puissance mais aussi tout ce qu’elle peut apporter à la société. J’ai trouvé qu’il en faisait un traitement assez intéressant. Il évoque plusieurs arguments, témoignant d’un travail de documentation en amont; et expliquant le parti qu’il a pris.

Dimension W Avis Review Critique Ki-oon éditions Yuji Iwahara Kyoma Mira  Cyberpunk Science Fiction SF Les Trésors du Nain

Le deuxième sujet est celui de l’énergie et de l’écologie. Au départ, l’électricité nous est présentée comme la solution à tous les maux de l’humanité; cependant on s’aperçoit très rapidement que l’exploitation de cette source d’énergie a aussi des inconvénients. Et l’auteur ne lésinera pas quant aux contrecoups. Là encore, j’ai trouvé le traitement de cette thématique intelligent et rondement bien mené.

Le manga aborde également l’intelligence artificielle, le libre-arbitre, et l’humanité qui nous caractérise et nous différencie des « tas de ferraille ». Ou encore la filiation: le rôle de père peut-il être assumé par une personne ne nous ayant pas donné la vie ? Quel est le rôle d’un père finalement ?

Dans une moindre mesure, l’oeuvre traite aussi du zèle dont certains font preuve quant il s’agit de prendre parti. Ni anti-technologie, ni pro-technologie. Ni anti-écologie, ni pro-écologie. Yuji Iwahara nous propose un récit tout en nuances; et c’est, je pense, ce qui fait sa force.

Dimension W: En résumé :

Dimension W, est un manga seinen de Yuji Iwahara que j’apprécie particulièrement. On suit Kyoma, un récupérateur dans un monde cyberpunk où la découverte d’une nouvelle dimension a permis des avancées technologiques considérables.

Notre protagoniste refuse d’utiliser des coils, les dispositifs électromagnétiques permettant d’exploiter l’énergie de cette dimension; il vit donc en marge de la société et revendique sa « différence ».

Malheureusement pour lui, il sera forcé de collaborer avec Mira, une androïde étrangement émotive, dans le but de récupérer les coils illégaux qui circulent dans l’ombre.

Ce duo que tout oppose apporte une dynamique excellente à l’oeuvre. Ils vivront d’ailleurs tout un tas de situations plus ou moins critiques qui renforceront leurs liens et les rendront très attachants. Et les découvertes qu’ils feront pourraient bien changer la perception que les gens ont du monde, voire le monde lui-même. Vous ne vous ennuierez pas, je vous le garantis.

L’univers dressé est complexe tout en restant crédible. Je salue le travail de documentation de Yuji Iwahara, et aussi sa capacité à mettre en image ce monde. Des design des personnages à ceux des décors, en passant par des scènes d’actions percutantes, Dimension W montre une cohérence impressionnante.

Au travers de l’oeuvre, ce sont tout un tas de thématiques qui seront traitées. En particulier le rapport à la technologie, l’intelligence artificielle, l’humanité, l’écologie, l’exploitation des ressources, la filiation, les excès de zèle… En 16 tomes, l’oeuvre est très complète et s’offre une belle fin en prime !

On se retrouve très vite pour découvrir le nouveau titre de l’auteur: Clevatess !

La Team te suggère aussi

1 Discussion

Les Trésors du Nain: Clevatess, dark fantasy du côté de l’ennemi ! - Gaak 5 juin 2022 - 15 h 00 min

[…] pour Dimension W et Darker than Black, c’est Ki-oon éditions qui publie la nouvelle oeuvre de Yuji Iwahara. Et […]

La section commentaire est fermée