Accueil NewsMangas Tôkyô Higoro: Taiyô Matsumoto est de retour !
Tôkyô Higoro: Taiyô Matsumoto est de retour !

Tôkyô Higoro: Taiyô Matsumoto est de retour !

par Balin 13 juin 2019

C’est hier, 12 juin, que Taiyô Matsumoto a annoncé le lancement de sa nouvelle série au Japon. Intitulée Tôkyô Higoro, elle paraîtra dans le Big Comic Original Zôkan (Shôgakukan) de juillet prochain.

Ce seinen mettra en scène le quotidien d’un quinquagénaire du nom de Shiosawa, assumant difficilement les poids des années.


Un univers propre à l’auteur

Matsumoto ne l’a jamais renié, il a toujours eu un faible pour la BD Franco-Belge. Plus particulièrement par le travail d’un certain Moebius, ou encore Enki Bilal. C’est donc tout naturellement que les univers décrits dans ses oeuvre revêtent une esthétique toute particulière, novatrice. Un dessin duquel se dégage quelque chose de très organique pourrait-on dire.

Moebius à gauche, Matsumoto à droite.
Enki Bilal à gauche, Matsumoto à droite.
En haut Matsumoto, en bas Moebius

Tout à un sens dans les oeuvres de Matsumoto, voire même plusieurs sens. Rien n’est laissé au hasard. Chaque case offre des niveaux de lecture multiples qui sont souvent les échos du monde intérieur de l’auteur. Un monde décalé, irréel, presque psychédélique parfois.

Une oeuvre riche

Les titres de Matsumoto sont nombreux, diversifiés, et beaucoup sont considérés comme de véritables pépites.

On peut par exemple citer Amer Béton. Histoire dure de réalisme qui met en scène deux orphelins survivants dans un quartier gangrené par la mafia.

Ou encore Number 5, subtile mélange de poésie et d’aventure. Une histoire se déroulant dans un monde futuriste, pleine d’action.

Mais également Ping Pong. Une amitié, une rivalité, un sport: Le ping-pong.

Le rêve de mon père, qui se sert du baseball pour traiter en profondeur la relation père-fils. Le tout saupoudré d’un soupçon de vécu.

Et Sunny, dans lequel Matsumoto représente tout l’imaginaire lié à la jeunesse. Dans un centre pour enfants, une carcasse de Nissan Sunny, véritable quartier général, lui permet d’aborder la vie, les liens, les ressentis des enfants.
Là encore, une histoire pleine de poésie, qui fait appel à des événements issus de la vie de Matsumoto.

Et la liste n’est évidemment pas exhaustive. Un peu plus d’informations ici.

Matsumoto réussit partout, même là où on ne l’attend pas. Et toujours sans jamais travestir son style, son code graphique.

Ainsi, il n’est pas étonnant que celui-ci soit l’un des auteurs phares de Kana en France (qui l’a d’ailleurs invité au Festival de la BD à Angoulême l’année dernière). Il y a donc fort à parier que si Tôkyô Higoro paraît en France, il présentera le logo jaune et noir !
Si les oeuvres de Taiyô Matsumoto ne vous disent rien, alors je ne peux que vous encourager à les découvrir. Si il a bien un auteur de génie parmi les mangakas contemporains, c’est sûrement lui.

Immiscez-vous dans son univers, vous ne serez pas déçus je vous le garantie.

La Team te suggère aussi

Laisse un commentaire