Accueil Critiques Witches’ War : Les femmes prennent le pouvoir !
Witches’ War : Les femmes prennent le pouvoir !

Witches’ War : Les femmes prennent le pouvoir !

par Balin 4 décembre 2022

Un tournoi digne de Valkyrie Apocalypse dans lequel s’affrontent des femmes célèbres… Voici mon avis sur le tome 1 de Witches’ War !

Witches’ War Tome 1 Pika édition Homura Kawamoto Makoto Shiozuka Sorcières Déesses Tournoi Femmes Marie Antoinette Elizabeth Bathory Tomoe Gozen Jeanne d’Arc Agrat Bat Mahlat Les Trésors du Nain Valkyrie Apocalypse Record of Ragnarok Majo Taisen 32-nin no Isai no Majo wa Koroshiau

Witches’ War, tome 1 :

Pour cette nouvelle série, les éditions Pika proposent une édition dans les standards du genre. Pas de page couleur, mais un papier sans transparence et une bonne qualité d’impression. J’aime beaucoup le travail fait sur la couverture !

Witches’ War Tome 1 Pika édition Homura Kawamoto Makoto Shiozuka Sorcières Déesses Tournoi Femmes Marie Antoinette Elizabeth Bathory Tomoe Gozen Jeanne d’Arc Agrat Bat Mahlat Les Trésors du Nain Valkyrie Apocalypse Record of Ragnarok Majo Taisen 32-nin no Isai no Majo wa Koroshiau
© by SHIOZUKA Makoto / Tokuma Shoten

32 femmes mythiques de l’Histoire, un tournoi sanglant, une seule survivante !
Marie-Antoinette, Bonnie Parker, Cléopâtre, Jeanne d’Arc… 32 femmes qui ont marqué l’histoire de l’humanité, à travers le monde et le temps, sont réunies par Agrat Bat Mahlat, la toute-puissante Reine des Démons. Pour satisfaire son avidité, ces 32 élues devront prendre part aux mille nuits de “Walpurgis”, un tournoi macabre dont la championne verra son désir le plus cher exaucé, tandis que l’âme des perdantes s’éteindra sans espoir de réincarnation. Chacune accepte ce contrat diabolique et devient alors une “sorcière”, obtenant un pouvoir immense grâce à son désir matérialisé par magie. Que les duels commencent !

Il ne peut en rester qu’une…!

Le scénario de Witches’ War s’organise autour d’une idée simple : faire s’affronter des figures féminines de l’Histoire dans un tournoi. Ainsi, de la même manière qu’avec Valkyrie Apocalypse, le récit est construit autour des duels entre les différentes participantes.

L’enjeu de ce tournoi, Les milles et une nuit de Walpurgis (d’après la fête néo-païenne), est la réalisation du désir le plus cher de la gagnante. On ne va pas se le cacher, ce n’est qu’un prétexte facile pour mettre en scène les confrontations. Proposer une intrigue complexe ou alambiquée n’est clairement pas une des prétentions de l’oeuvre. En revanche, l’oeuvre promet de proposer des confrontations spectaculaires ! Petit regret tout de même, le combat de ce tome, bien que grisant reste trop soumis au « tour par tour » selon moi.

Witches’ War Tome 1 Pika édition Homura Kawamoto Makoto Shiozuka Sorcières Déesses Tournoi Femmes Marie Antoinette Elizabeth Bathory Tomoe Gozen Jeanne d’Arc Agrat Bat Mahlat Les Trésors du Nain Valkyrie Apocalypse Record of Ragnarok Majo Taisen 32-nin no Isai no Majo wa Koroshiau
© by SHIOZUKA Makoto / Tokuma Shoten

Néanmoins, il semblerait que Jeanne d’Arc fasse office de protagoniste principale pour cette histoire. En effet, toutes les participantes ont un désir qu’elles souhaitent assouvir mais… Pas elle. Ainsi, une petite intrigue s’ajoute autour du personnage et de son possible désir.

Scénario : 2,5/5

Si le scénario de Witches’ War est plutôt simpliste, le titre parvient à se démarquer par un univers plutôt intéressant et bien amené. Encore une fois, comme Valkyrie Apocalypse, l’oeuvre convoque des noms très évocateurs. Jeanne d’Arc évidemment, mais aussi Cléopâtre, Marie-Antoinette. Mais on y découvre aussi des femmes moins connues du grand public, ne serait-ce que Tomoe Gozen par exemple. Le titre gagne ainsi un intérêt éducatif, ce que j’apprécie beaucoup personnellement.

Au delà de ça, Homura KAWAMOTO a eu l’idée de faire des désirs des personnages une force. En effet, chacune des participantes est caractérisée par une convoitise précise et ses capacités, ses pouvoirs sont directement en lien avec cela.

Witches’ War Tome 1 Pika édition Homura Kawamoto Makoto Shiozuka Sorcières Déesses Tournoi Femmes Marie Antoinette Elizabeth Bathory Tomoe Gozen Jeanne d’Arc Agrat Bat Mahlat Les Trésors du Nain Valkyrie Apocalypse Record of Ragnarok Majo Taisen 32-nin no Isai no Majo wa Koroshiau
© by SHIOZUKA Makoto / Tokuma Shoten

C’est d’ailleurs un bon équilibre entre réalisme et magie que nous propose l’auteur. Il ajoute également une clause qui donnera à chaque combat des enjeux bien plus importants : la mort de la participante et l’impossibilité de se réincarner.

Univers : 4/5

Les visuels de Witches’ War sont peut-être sa plus grande force. Les scènes d’action sont un plaisir à lire, grâce à un découpage hyper dynamique. Makoto SHIOZUKA redouble d’audace dans les mises en scènes pour que l’ensemble soit vraiment percutant. Il ne lésine pas non plus sur la violence graphique pour marquer les esprits.

Les designs sont plutôt bien travaillés, avec à chaque fois des petits détails qui rappellent l’histoire du personnage. Néanmoins, ils souffrent de lissage à mon sens; toutes ces femmes sont basées sur le même modèle et se ressemblent donc toutes un peu. C’est dommage je trouve, c’était l’occasion de mettre en avant les différentes ethnies, des physiques multiples aussi et de se détacher de cette « norme ».

Witches’ War Tome 1 Pika édition Homura Kawamoto Makoto Shiozuka Sorcières Déesses Tournoi Femmes Marie Antoinette Elizabeth Bathory Tomoe Gozen Jeanne d’Arc Agrat Bat Mahlat Les Trésors du Nain Valkyrie Apocalypse Record of Ragnarok Majo Taisen 32-nin no Isai no Majo wa Koroshiau
© by SHIOZUKA Makoto / Tokuma Shoten

On peut également reprocher le fanservice, entre plastique généreuse et plan sexy. Là encore, c’est un peu dommage selon moi. C’était l’occasion de montrer des femmes plus charismatiques qu’affriolantes.

Visuels : 4/5

Du point de vue des personnages, Witches’ War est ambitieux dès son postulat. 32 participantes, auxquelles s’ajoutent Agrat Bat Mahlat (d’après le démon de la mythologie juive) et les démons qui la servent; il n’y a pas à dire, Homura KAWAMOTO voit grand. Cependant, il prend le temps de faire les choses bien.

Dans ce tome on découvrira ainsi la reine des démons et ses sous-fifres, Marie-Antoinette et notre chère Jeanne d’Arc. Mais ce sont surtout Elizabeth Bathory et Tomoe Gozen qui auront droit à un développement. L’auteur utilise l’histoire derrière ces personnages pour les motiver, les construire et dérouler l’action. J’ai trouvé ça intelligent et bien exécuté.

© by SHIOZUKA Makoto / Tokuma Shoten

Et si ces femmes donnent l’impression d’être conçues dans le même moule, elles ont des caractères bien différents ! J’ai cependant un peu peur que les personnages ne soient trop polarisés, qu’il y ait des méchantes vouées à perdre et des gentilles destinées à gagner. Je suis curieux de découvrir la suite !

Personnages : 4/5

Witches’ War, en résumé :

Ce tome 1 de WITCHES’ WAR ne fait pas dans les fioritures. En quelques pages, le concept est posé. La Reine des Démons Agrat Bat Mahlat organise un tournoi à mort entre 32 femmes, et elle exaucera le désir de la gagnante. L’oeuvre ne prétend pas nous faire réfléchir avec un scénario complexe. En revanche, elle compte bien nous divertir avec du beau spectacle !

De la même manière que Valkyrie Apocalypse, le récit s’organise autour des duels entre personnages, ici des figures féminines historiques. Marie-Antoinette, Jeanne d’Arc, Tomoe Gozen, Elizabeth Bathory… Certains noms sont évocateurs, d’autres un peu moins et j’aime beaucoup cet aspect éducatif que le titre revêt.

Chaque participante possède des capacités qui lui sont propres, qui découlent du désir qui l’anime. Mais le côté tour par tour se fait un peu trop sentir sur la confrontation que propose ce tome. J’ai cependant bon espoir pour la suite !

L’oeuvre nous propose tout de même une timide intrigue fil rouge avec la Pucelle d’Orléans. Je suis curieux de voir comment cela sera exploité !

Visuellement, le titre tient ses promesses en mettant en scène des combats spectaculaires. Le découpage est dynamique, et le dessinateur ne lésine pas sur la violence graphique.
Les designs sont bien travaillés, mais les personnages en eux-mêmes manquent de diversité je trouve. Il aurait été intéressant de mettre en avant leurs ethnies, ou des physiques différents à mon sens.

Note: 14,5/20
+2 pour le côté grisant de la lecture!

La Team te suggère aussi