Accueil Critiques Animé automne 2021 : Komi can’t communicate, on reste sans voix ?
Animé automne 2021 : Komi can’t communicate, on reste sans voix ?

Animé automne 2021 : Komi can’t communicate, on reste sans voix ?

par Kito 26 janvier 2022

2021, c’est l’année ou Netflix a annoncé que la plateforme mettrait un point d’honneur à la création d’animé. Et pour cause, 2021 a également été l’année où le manga en France a explosé ses propres records !
Et qui dit animé, dit augmentation de ventes des mangas comme cela a pu être le cas avec Tokyo Revengers qui a fait des chiffres records cette année.
Mais aujourd’hui j’ai plutôt l’intention de parler d’un animé qui n’a pas forcément fait beaucoup parler de lui. Vous l’avez d’ailleurs très certainement vu passer récemment car le manga de cet animé a remporté le prix du meilleur shônen de chez Shogakukan. Je parle bien entendu de Komi can’t communicate !

Netflix nous a fait l’honneur de nous dévoiler cet animé, alors qu’en France nous ne possédons toujours pas un seul des 24 tomes actuellement sortis au Japon… Armons-nous de patience car le manga devrait arriver chez nous en cette année 2022 ! (En effet, un éditeur en a acquis les droits).

C’est parti pour découvrir Komi can’t Communicate… en silence !

Komi can’t communicate est un manga de Oda Tomohito prépublié dans le Weekly Shonen Sunday, et édité par Shogakukan. Lors de la saison d’automne 2021, le studio OLM dévoile son adaptation commandée par Netflix. Pour rappel le studio a notamment produit la première adaptation de Berserk, Inazuma Eleven, l’animé Pokémon, ou encore plus récemment le reconnu Odd Taxi.

Komi can’t communicate, c’est l’histoire d’une jeune lycéenne, Komi Shôko, qui entre au lycée Itan. Elle est de suite reconnue pour sa beauté, au point où on lui donne le surnom de « Déesse du lycée ». Mais une interrogation subsiste au sein du lycée, quel est le son de la voix de Komi ?
La même année, Tadano Hitohito entre au lycée Itan, et se retrouve voisin de table avec Komi ; ce qui lui vaut d’ailleurs de nombreux regards noirs de ses camarades qui ne supportent pas qu’un « pouilleux » souille leur déesse.

Suite à ça, Tadano va s’endormir en cours, et lorsqu’il se réveille, il se retrouve nez à nez avec Komi. Il se rend alors vite compte que Komi n’est pas une personne odieuse, mais qu’elle souffre d’anxiété sociale extrême au point de ne pouvoir sortir que quelques sons de sa bouche. Tadano va alors se décider à aider Komi dans son rêve, se faire 100 amis.

Le scénario semble assez basique au premier abord, mais ça fonctionne. Le découpage des épisodes se fait en 2-3 ou 4 petits sketchs qui font avancer l’histoire. Elle avance à un rythme soutenu et c’est un plaisir de découvrir les épisodes au fur et à mesure. C’est un animé de comédie mêlé à de la romance, comme My Senpai is annoying dont j’ai parlé il y a peu de temps, mais il entre peut-être un peu plus dans le vif du sujet. Je reparlerai d’ailleurs du message transmis par l’animé un peu plus tard. En attendant, son caractère simple permet un visionnage à la fois tranquille, mais lorsqu’on se penche dessus, on peut se prendre un peu plus la tête.

Komi can't communicate
© Oda Tomohito / studio OLM / Shogakukan

Scénario : 4/5

Parlons maintenant d’animation. Vous savez, je suis fan du travail du studio Doga Kobo. Et bien j’ai vraiment eu l’impression de retrouver un travail très similaire avec ce que propose le studio OLM. L’animé est beau, clair et met vraiment dans une ambiance joyeuse. L’animation nous en met plein la vue, le tout d’une manière assez soft. Elle correspond parfaitement à ce que l’histoire veut nous faire passer. Je pense que ce travail se voit notamment sur le tout premier épisode qui met le paquet. Le reste est un peu plus modéré. Il n’empêche que les animateurs ont fait un excellent travail, surtout en connaissant les animés réalisés derrière comme Pokémon qui a bénéficié à de nombreux moments de beaux moments d’animation ; comme la saison XY ; comme de mauvais ; notamment dans Soleil et Lune.

Komi can't communicate
© Oda Tomohito / studio OLM / Shogakukan

Animation : 4/5

Je pense que pour un animé comme Komi can’t communicate, le plus important est l’écriture des personnages. Et ça n’a pas loupé ! Il existe une multitude de personnages un peu aléatoires. Je ne vais pas forcément m’attarder dessus, mais chacun apporte sa pierre à l’édifice. Ils peuvent apporter une touche de parodie, ou faire un peu avancer la romance l’air de rien. Pour les plus marquants, ce sont surtout Komi, Tadano, Osana Najimi et Yamai Ren.

D’ailleurs, commençons par cette dernière. C’est certainement le seul personnage négatif de l’animé. Elle retranscrit la pensée générale du lycée Itan, Komi est sa déesse, même en sachant pour son anxiété sociale. Elle dira à de nombreuses reprises qu’elle aime Komi, mais de manière très (trop) excessive, je ne sais pas si on peut vraiment parler d’homosexualité dans ce cas. Je pense qu’elle est surtout là pour l’aspect parodique, mais on sent vite qu’elle tire trop en longueur. En fait elle va apparaître à chaque fois pour forcer un peu avec Komi, puis un élément tiers va la mettre à l’écart, et rebelotte à chaque fois. Pas grand-chose d’intéressant avec elle.

Quant à Najimi, c’est un personnage beaucoup plus intéressant. Au premier abord un peu irritant, il fait vite partie du cercle d’ami proche de Komi. Je dis « il » mais je dois avouer ne pas trop savoir car l’auteur reste évasif quant au genre de Najimi ^^’. Ce qui ajoute un aspect parodique au personnage qui en joue à plusieurs moments. À l’opposé de Komi, ce personnage a tendance à sympathiser avec tout le monde. Ultra-social, il va tenter d’aider Komi dans sa quête de sociabilité, même si ses pratiques ne sont pas toujours les bonnes et mènent souvent à des quiproquos. Le personnage est toujours là pour donner le sourire et détendre l’atmosphère, un gros plus pour l’aspect comédie de la série.

Pour terminer, je parlerai de Tadano et Komi. C’est la première amitié qui naît dans l’animé. Et on sent que cette amitié tend vers une romance. Komi s’ouvre énormément à Tadano, elle tente beaucoup plus de lui parler directement plutôt que de lui écrire. Quant à Tadano, il apprécie grandement Komi. C’est un personnage gentil, mais qui passe beaucoup inaperçu aux yeux des gens. Mais pas à ceux de Komi. C’est un petit peu la voix de la raison de l’animé. Ces deux personnages sont très intéressants à suivre, et j’ai hâte de connaître l’évolution de ces derniers dans la saison 2. (Qui, on le rappelle, est déjà en cours de production).

Komi can't communicate
© Oda Tomohito / studio OLM / Shogakukan

Personnages : 4/5

Enfin, j’aimerai vous parler du message de Komi can’t communicate. L’animé traite de beaucoup de sujets. Et lorsqu’on se penche un peu plus dessus, on voit que cela va bien plus loin qu’une simple comédie. Les passages de comédie, comme Komi qui n’arrive pas à parler à un simple vendeur, sont révélateurs. Je pense que tout le monde à connu une personne dans le fond de sa classe qui était un peu laissée à l’écart parce qu’elle était introvertie. Peut-être même que c’était vous. Et l’auteur a voulu dénoncer cet abandon en faisant de ce personnage la déesse du lycée. En effet, même si elle est reconnue et célèbre, Komi est en réalité très seule.

C’est d’ailleurs intéressant de voir Tadano prendre peur de l’inconnu lorsqu’il parle pour la première fois à Komi. Il craint de se faire rejeter. Et c’est peut-être une des raisons qui vous empêche de parler à cette personne au fond de la classe. Vous ne savez pas comment elle va réagir. C’est aussi un peu la critique qui en est faite quand on voit qu’ils deviennent très proches par la suite. L’aventure vers l’inconnu peut mener au final à de plus belles rencontres encore.

On a aussi une critique de la pression sociale que la majorité peut exercer sur une personne. Komi a peur que les gens soient déçus s’ils découvrent qu’elle est si;introvertie. Souvent confondue avec une déesse ne voulant pas s’adresser à la plèbe, elle se sent très mal d’être vue comme ça. Ce qu’elle souhaite, elle, c’est être vue telle qu’elle est. Ce n’est d’ailleurs pas choquant de voir que tout cela se déroule dans un lycée. Tout le monde se préoccupe de la réputation en faisant abstraction de la personnalité.

Enfin, il y a le côté romance qui n’est pas beaucoup mis en avant, mais qui fait aussi sens. Komi, de par son caractère réservé, n’a jamais connu l’amour. Et elle découvre ce que sa vie lui réserve. Plutôt que de la subir, elle décide de s’en rendre actrice afin de se faire accepter tel qu’elle est.

Komi can't communicate
© Oda Tomohito / studio OLM / Shogakukan

Beaucoup de messages dans cet animé qui au premier abord paraît sans prise de tête mais qui révèle une profondeur dans le récit.

Message : 4/5

Pour résumer :

Komi can’t communicate est un très bon animé. En plus de passer un bon moment, il donne à réfléchir sur divers aspects que tout le monde sera;amené à connaître dans;la société. Le studio OLM a parfaitement su montrer tout cela, et quand la suite verra le jour, je voudrais qu’elle soit aussi intéressante que cette première saison. C’est une des très bonnes surprises de la saison d’automne 2021 qui est passé un peu inaperçue. Pour rappel, Komi can’t communicate est disponible sur Netflix en 12 épisodes.

Note Globale : 16/20

La Team te suggère aussi