Accueil Critiques Animé été 2022 : My Stepmom’s Daughter Is My Ex, le nouveau Oreimo ?
Animé été 2022 : My Stepmom’s Daughter Is My Ex, le nouveau Oreimo ?

Animé été 2022 : My Stepmom’s Daughter Is My Ex, le nouveau Oreimo ?

par Kito 1 octobre 2022

À l’instar de Kinso no Vermeil, je vous dévoilais il y a peu la sortie de l’animé My Stepmom’s Daughter Is My Ex, un autre animé de la saison d’été 2022.

My Stepmom’s Daughter Is My Ex est donc à l’origine un light novel de Kamishiro Kyosuke, illustré par TakayaKi. Le roman compte 9 volumes au Japon à l’heure actuelle, publié par Kadokawa Shoten. Une adaptation en manga voit le jour dessinée par Kusakabe Rei et publiée chez Fujimi Shobo. Le manga dispose quant à lui de 4 tomes. Le light novel comme le manga ne sont pas disponibles en France. C’est durant l’été 2022 que nous découvrions l’adaptation animée en 12 épisodes produite par Project No.9.

Tout comme Kinso no Vermeil, My Stepmom’s Daughter Is My Ex a centré sa communication sur son côté ecchi. Et si j’avais conclu lors de la dernière que Kinso no Vermeil était uniquement un animé ecchi, est-ce le cas pour My Stepmom’s Daughter Is My Ex?

Aidez votre belle-sœur coincée dans la machine à laver, et c’est partie !

L’animé débute sur nos 2 protagonistes : Mizuto Irido et Yume Ayai, récemment renommé en Yume Irido. Ce changement est dû au fait que le père de Mizuto et la mère de Yume viennent de se marier. On constate dès le début qu’une tension règne entre nos jeunes adolescents. Très vite, nous apprenons qu’avant d’être frère et sœur par alliance, ils sortaient ensembles. Cependant, leur relation s’est mal terminée, et peu de temps après leur séparation, ils se retrouvent de nouveau liés par les liens de la famille. Nous allons donc suivre leur quotidien et voir comment ils vont apprendre à cohabiter.

Yume et Mizuto
©Kamishiro Kyosuke / TayaKI / Kusakabe Rei / KADOKAWA / Project No. 9

Malgré un titre et une promotion un peu douteuse, force est de constater que l’histoire est assez prenante. Sur le papier, j’ai eu l’impression de voir une sorte de Domestic Girlfriend, ce qui m’intriguait je l’avoue. Un point où la gestion du scénario brille, ce sont les différentes phases qui nous en apprennent plus sur l’ancienne relation entre Yume et Mizuto. Dès le début, nous savons qu’un évènement passée les relie. Comment un couple si fusionnel en arrive à de pareilles tensions ? Au fur et à mesure de l’avancée, on constate que nos protagonistes se remémorent très souvent le passé, au point où ils n’osent parfois plus avancer dans leur vie.

On finit par apprendre la vérité, qui est bien plus banale et invraisemblable qu’on aurait pu le penser. À cause d’une phrase de travers, ils se sont déchirés. Par ego, ils ont fini par se détester. Simple, mais pourtant très efficace. Je reparlerai de ce passage dans la dernière partie. En tout cas, c’est une histoire que j’ai apprécié suivre de par sa simplicité.

Scénario : 4/5

La mise en scène, parlons-en. Déjà, concernant l’animation, ce n’est pas ici le point primordial pour un animé slice of life. Elle reste très sympa et suffisante. Ses couleurs m’ont beaucoup fait penser à l’animé Horimiya, donc un très bon point. Concernant les musiques par contre, aucune ne m’a vraiment marqué. La performance des seiyuus et suffisante. Tout est maîtrisé concernant les points de base. On reste dans le thème simple et sobre retranscrit par le scénario. J’ai aimé les différentes interactions entre les personnages. Certaines situations m’ont aussi fait rire par moment. Et je vais aussi répondre à un point que j’abordais auparavant, la question du ecchi. J’énonçais le fait que la communication autour de l’animé donnait vraiment une impression que tout tournerait autour d’une tension sexuelle entre nos personnages. Mais il s’avère que ce n’était qu’un mensonge !

Yume
©Kamishiro Kyosuke / TayaKI / Kusakabe Rei / KADOKAWA / Project No. 9

En réalité, l’animé n’est pas plus ecchi qu’un autre. Bien sûr, il y a des passages où les personnages plaisantent sur la poitrine d’une de leurs amies, ou encore le fameux passage du trailer, mais mis à part ça. Du putaclic en somme. Et ce n’est pas pour me déplaire. On profite de chaque épisode, au point où on voudrait qu’ils ne s’arrêtent pas.

Mise en scène : 4/5

Parlons maintenant des personnages. On peut ici dénombrer 5 personnages : Kawanami Kogure, Akatsuki Minami, Higashira Isana, Yume Irido et Mizuto Irido.

Commençons dès lors avec Kogure et Minami chez qui nous avons le moins de choses à dire. Ces 2 personnages sont « amis d’enfance ». Soi-disant qu’ils ne s’apprécient pas, pourtant la même tension, qui règne chez nos protagonistes, règne chez eux. Mis à part cela, on ne les connaît pas beaucoup. Surtout Kogure, qu’on ne le repère qu’en tant qu’ami de Mizuto. Chez Minami, c’est un peu plus marqué tout de même. Elle a un côté un peu fou qui la rend assez drôle, et même parfois flippante. Elle reste tout de même une fille dévouée à ses amis, malgré le fait que ses plans soient parfois un peu foireux.

Kogure et Minami My Stepmom’s Daughter Is My Ex
©Kamishiro Kyosuke / TayaKI / Kusakabe Rei / KADOKAWA / Project No. 9

Concernant Isana, que dire si ce n’est la MVP de cet animé ? Isana est une fille très renfermée sur elle. Elle est un peu comme Yume lorsqu’elle a connu Mizuto. Et comble de l’ironie, elle entretient la même relation avec ce dernier. Au début, elle semble juste être une amie avec lui, mais se rend compte qu’elle éprouve d’autres sentiments à son égard. J’ai cru que ça tournerait en rond, mais au final, le personnage m’a vraiment surpris. Même lorsqu’elle déclare ses sentiments, on a d’abord l’impression d’un truc un peu nul. Et pourtant, elle donne tout ce qu’elle a… pour au final se faire renvoyer.

Un autre point que j’aime chez le personnage, c’est son côté très décalé. Toujours un peu à la masse, ne sachant pas mettre de limite dans son amitié avec Mizuto, mais cela n’en fait pas pour autant d’elle une personne stupide. On déplorera peut-être le manque de développement sur le personnage.

Isana  My Stepmom’s Daughter Is My Ex
©Kamishiro Kyosuke / TayaKI / Kusakabe Rei / KADOKAWA / Project No. 9

Parlons maintenant de Mizuto. C’est un peu de le dark sasuke de cet animé. Il est très peu sociable, et semble distant. Mais en réalité, il est très attentionné envers les gens qu’il aime. Il prend soin de ses proches, mais ne veut pas être remercié en retour. En réalité, Mizuto ressent un profond mal être depuis qu’il est conscient que sa mère est décédée. Et la seule chose qui lui a permis de commencer à se sentir vivant, ce sont les livres. S’éduquant de cette manière. Il rencontrera ensuite Yume, souhaitera la protéger avant de se rendre compte qu’elle est un peu dans la même situation que lui.

Mizuto dark sasuke
©Kamishiro Kyosuke / TayaKI / Kusakabe Rei / KADOKAWA / Project No. 9

Enchaînons d’ailleurs de suite avec Yume. C’est en quelque sorte elle le personnage principal ici, car c’est elle qu’on suit sans doute le plus. Yume est une jeune fille avec un sacré caractère. Elle ne se laisse pas abattre et compte s’imposer. Mais cette forte personnalité cache en réalité un être fragile. Elle s’affirme depuis qu’elle connaît Mizuto. Avant, elle était renfermée sur elle et ne parlait pas beaucoup. Sa relation amoureuse l’a fait grandir.

Yume Ayai / Yume Irido My Stepmom’s Daughter Is My Ex
©Kamishiro Kyosuke / TayaKI / Kusakabe Rei / KADOKAWA / Project No. 9

En bref, les personnages de My Stepmom’s Daughter Is My Ex sont agréables à suivre, bien que leur développement personnel ne suive pas toujours. La majorité des choses que j’aurais à dire sur eux se situera dans cette dernière partie.

Personnages : 3/5

La partie message. Souvent une partie où j’ai parfois du mal à trouver quoi dire, comme ce fut le cas pour Kinso no Vermeil. Si pour ce dernier, c’était notamment le côté ecchi qui me bridait un peu, c’est ici l’effet inverse dans My Stepmom’s Daughter Is My Ex. Déjà, le simple fait que cet animé est une œuvre réaliste le fait se démarquer. Par exemple, j’aime beaucoup les messages de Komi can’t Communicate. Mais le silence de Komi en fait quelque chose d’invraisemblable, servant parfois même un propos humoristique. Dans My Stepmom’s Daughter Is My Ex, on reste de A à Z dans une œuvre très réaliste.

Le propos principal de cet animé, ce sont les relations, peu importe leur type. Les relations parents / enfants, les relations frères / sœurs, les relations amicales. Mais ici, ce sont les relations amoureuses qui nous intéressent. Déjà parlons de l’amour à sens unique symbolisé par Isana. Mizuto ne sort pas avec elle non pas parce qu’il ne l’aime pas, mais plutôt parce qu’il ne peut pas s’occuper d’elle. Isana ne laissera pas tomber pour autant, mais on ne va pas se mentir, c’est voué à l’échec.

Isana, Mizuto et Yume My Stepmom’s Daughter Is My Ex
©Kamishiro Kyosuke / TayaKI / Kusakabe Rei / KADOKAWA / Project No. 9

Nous pouvons également énumérer les relations impossibles, notamment entre Mizuto et Yume. De par le mariage de leurs parents, ils sont frères et sœurs par alliance, ce qui les empêche d’être ensemble. Mais l’autre raison, c’est aussi leur passé. En effet, nos protagonistes sont sortis ensemble environ 2 ans officiellement. Mais quand on voit que leur relation était toxique, peut-on vraiment considérer qu’ils étaient vraiment ensemble ? On les voit souvent se tourner autour par nostalgie, mais aussi car leur véritable amour ne s’est jamais réellement éteint. Ils sont toujours amoureux l’un de l’autre car c’est justement leur premier amour.

Un premier amour est toujours marquant dans une vie, et c’est merveilleusement illustré dans l’animé. Yume et Mizuto veulent se redonner une chance, mais est-ce vraiment la meilleure solution ?  Je parlais de couple toxique, quand on voit comment leur relation est tombée en morceaux, il y a de quoi rire, mais comment aurions-nous réagi à leur place ? Un enchaînement de petites choses sans importance a mené à une guerre d’égo, les faisant souffrir l’un et l’autre. Mais n’assumant pas réellement leurs torts, cette relation a fini par les dévorer de l’intérieur. Nous n’avons ici que des exemples réalistes de comment une relation peut tourner.

Yume et Mizuto My Stepmom’s Daughter Is My Ex
©Kamishiro Kyosuke / TayaKI / Kusakabe Rei / KADOKAWA / Project No. 9

On peut également noter un passage sur le fait de grandir et la prise de maturité. Un chose qui fait que Yume et Mizuto ont fini par se séparer, c’est leur manque de maturité, d’expérience. Cela en fait aussi la raison principale de pourquoi ils se tournent autour. Ils en apprennent davantage l’un sur l’autre, découvrent des secrets insoupçonnés. Cette expérience les a fait mûrir pour les autres expériences qui les attendent.

Message : 5/5

Pour résumer :

My Stepmom’s Daughter Is My Ex est un animé qui m’a surpris. Son scénario et ses personnages simples en apparence ont réussi à raconter quelque chose de bien plus profond. C’est un animé que j’ai beaucoup aimé et qui, je l’espère, aura droit à une suite. La fin nous laisse entendre que nos protagonistes vont peut-être se laisser une nouvelle chance, et je serais très curieux de voir comment ils vont gérer ça du fait de leurs liens familiaux. Loin d’être un animé bizarre comme Oreimo, cette œuvre raconte vraiment quelque chose derrière. Je pense également que nos protagonistes ne finiront pas réellement ensemble, du moins je trouverais ça plus pertinent pour l’écriture, mais nous en reparlerons dans une possible suite ! Pour ceux qui seraient intéressés de découvrir l’animé, il est disponible en 12 épisodes sur Crunchyroll !

Note Globale : 16/20

La Team te suggère aussi

1 Discussion

Animé été 2022 : Ao Ashi, mieux que Blue Lock ? - Gaak 4 octobre 2022 - 15 h 00 min

[…] comme My Stepmom’s Daughter is My Ex, Ao Ashi a été une bonne surprise pour ma part. On pouvait penser à un animé de sport classique […]

La section commentaire est fermée