Accueil Critiques Chainsaw Man : fin du massacre à la tronçonneuse pour Denji !
Chainsaw Man : fin du massacre à la tronçonneuse pour Denji !

Chainsaw Man : fin du massacre à la tronçonneuse pour Denji !

par Kito 8 décembre 2021

Le 10 novembre dernier sortait enfin le dernier tome de Chainsaw Man en France. Manga à la communauté grandissante et ayant un rare succès sans adaptation animée (à venir) ; Chainsaw Man s’est certainement imposé comme l’un des manga les plus vendus de 2021. Je vous propose donc mon avis au cours de cette petite critique sur la globalité de l’œuvre qu’est Chainsaw Man. En tout cas… La partie 1!

Pour un avis sur le début de la série rendez-vous ici.

Chainsaw Man
© Shueisha / Tatsuki Fujimoto

Chainsaw Man: le renouveau du Shônen ?

Chainsaw Man, ou CSM, est un manga de Tatsuki Fujimoto, auteur de Fire Punch ou plus récemment, du one-shot Look Back.

Publiée dans le Weekly Shônen Jump, l’œuvre de l’auteur de Fire Punch a su se faire une place parmi les grands de l’hebdomadaire.

CSM raconte l’histoire de Denji, un jeune garçon endetté de 16 ans contraint de travailler pour survivre. Afin de subvenir à ses besoins, Denji va devoir travailler pour le compte de la mafia locale. Toutefois, son travail ne va pas consister à être un simple guetteur. En effet, à l’aide de Pochita, un démon-chien-tronçonneuse, il va devoir tuer d’autres démons. Mais suite à une trahison de ses employeurs, Denji va être exécuté. Néanmoins, il survivra en passant un contrat avec Pochita. Pochita remplacera le cœur de Denji , lui permettant également de se transformer en démon tronçonneuse, en échange de quoi Denji devra réaliser son rêve, à savoir avoir un toit et un repas chaud.

Si dans l’écriture CSM peut ressembler à Jujutsu Kaisen à ses débuts, il va cependant beaucoup évoluer dans son histoire. Le point fort de CSM, c’est aussi son originalité. Il n’entre que très peu dans les codes du nekketsu classique et très difficilement dans la cible éditoriale shōnen, de par son aspect franc et trash.

En effet, contrairement à des héros comme Naruto ou Luffy, Denji n’a pas pour objectif de devenir le plus fort des semi-démons ou quelque chose du genre. Son but est simplement de vivre, d’avoir un toit et 3 repas par jour. C’est pour moi une des morales de CSM. Denji n’avait rien, mais il ne veut pas tout. CSM montre un aspect très engagé sur la hiérarchie des biens et la position de l’homme social quant à l’utilité de ces derniers. La phrase il en faut peu pour être heureux n’a jamais aussi bien décrit un manga.

Chainsaw Man : un style bien à lui !

Tatsuki Fujimoto a un style bien a lui. Tantôt brouillon, tantôt détaillé, Fujimoto sensei a réussi à retranscrire parfaitement les scènes au travers de son dessin.

Le dessin montre aussi un aspect très sombre. C’est beau, c’est détaillé, les planches sont maitrisées jusqu’au bout. Cet aspect brouillon accentue le mouvement que les planches dévoilent. Les designs des démons sont sympathiques, même si un poil trop similaires par moment.

Chainsaw Man
© Shueisha / Tatsuki Fujimoto

Chainsaw Man : des personnages hauts en couleur ?

En faisant le tour d’une œuvre je ne pouvais pas ne pas passer par les personnages. Avant toute chose, beaucoup de personnages nous sont présentés, mais peu survivent aux péripéties. Tous entourés de mystères, nous allons découvrir le passé de nos protagonistes, mais aussi leurs motivations. Les personnages tels que Denji ou Power nous donneront de la peine, tandis que Makima nous intrigue. Pourquoi les hommes tombent-ils tous sous son charme ? Et que veut-elle à notre protagoniste ?

Pour résumer :

Chainsaw Man est un manga très crescendo. Si j’ai eu un peu de mal a accrocher aux 2 premiers tomes, c’est en lisant la suite que j’ai commencé à adorer le petit nouveau de Fujimoto sensei. Avec une première partie se terminant en 11 tomes, CSM a su nous présenter une histoire touchante et intrigante. CSM peine à rentrer dans la case shōnen de par son aspect gore, violent, et trash, mais surtout par sa profondeur. Il a su se démarquer par tous ces points. Toutefois, rien n’est terminé. Cette partie de l’histoire n’était encore qu’un prélude car Tatsuki Fujimoto a annoncé une suite a l’histoire de notre démon tronçonneuse. À noter que le manga passera dans le Jump +, supposant donc plus de libertés quant aux planches ou même au propos de l’histoire. On sait d’ailleurs que cette suite arrivera en 2022 (en même temps que l’anime?!).

Pour rappel, Chainsaw Man est disponible en 11 tomes chez Kazé

La Team te suggère aussi

2 Discussion

Jump Festa : de nouvelles informations pour Chainsaw Man ! - Gaak 18 décembre 2021 - 11 h 40 min

[…] novembre dernier sortait le dernier tome de Chainsaw Man en France (notre avis ici). Après la fin de cette première partie, nous attendions avec impatience la seconde partie, et […]

Look Back de Tatsuki Fujimoto arrive chez Kazé - Gaak 10 décembre 2021 - 15 h 00 min

[…] de Fujimoto ? Découvrez des avis de la team sur Chainsaw Man ici et ici et 4 bonnes raisons de lire Fire Punch […]

La section commentaire est fermée