Accueil Découverte Paris : les nouveaux eldorados des fans de mangas !
Paris : les nouveaux eldorados des fans de mangas !

Paris : les nouveaux eldorados des fans de mangas !

par Majin Flav 9 janvier 2023

Avec plus de 28 millions d’exemplaires commercialisés en 2021, un livre vendu sur quatre en France est un manga. Dans l’Hexagone, les fans animent une vraie communauté, et à Paris, des lieux entièrement dédiés à la japanimation voient le jour. 

Assis dans un canapé devant un anime, les fans commentent et rigolent ensemble. L’un d’entre eux mange des Pocky, fameux biscuits japonais. Des néons illuminent la pièce et les figurines en résine se démarquent dans l’ensemble. On pourrait croire à la description d’un stand de Japan Expo, mais il n’en est rien. En France, les conventions telles que Paris Manga attirent des centaines de milliers de visiteurs, les fans de manga regrettent qu’il n’existe pas vraiment de lieux de rencontre complètement dédiés à leur passion.

Longtemps, les adeptes de cosplay ou de culture japonaise devaient attendre les conventions annuelles pour se retrouver. Depuis quelques années, Paris a toutefois vu éclore une dizaine d’espaces souvent atypiques (cafés, épiceries, bibliothèques…) qui rassemblent les otaku.

Légende et crédits : Alex, propriétaire du Nakama Resto derrière son comptoir. Photo de Tarik Aouad.

Au Nakama Resto, il est possible de dévorer sa pizza en regardant le dernier épisode de My Hero Academia, ou en lisant des mangas, le tout dans un décor immersif. Après de longues années d’étude, des emplois en banque, en grande distribution… Alex a décidé de tout arrêter. Depuis toujours, son père tient des restaurants, et c’est en mars 2022 qu’il reprend Chez Tony qui devient le Nakama Resto (en japonais, Nakama signifie “camarade, ami”).

« Quelqu’un qui kiffe les animes et les mangas, il va où ? »

Lorsqu’on lui demande quel a été le déclic de créer un “restaurant manga” il nous explique : “Je suis parti du constat que quelqu’un qui veut regarder un match de foot il va dans un bar pour le regarder. Quelqu’un qui veut écouter de la musique et danser va dans un bar dansant. Mais quelqu’un qui kiffe les animes et les mangas il va où ? Il est où son lieu ? Où ces personnes peuvent se retrouver ?”. La demande est là, mais l’offre n’y est pas. Mais Alex n’est pas le seul à être parti de ce postulat. 

Légende et crédits : Place Tanoshii. Photo de Tarik Aouad.

Nabil a ouvert Place Tanoshii afin d’apporter à une “génération frustrée” l’opportunité d’avoir accès à “toutes ces choses possibles au Japon mais pas présentes en France. ” Il s’étonne que la France soit le deuxième plus gros consommateur de mangas au monde après le Japon, mais qu’il n’y ait pas de lieux réservés aux otaku comme au Pays du soleil levant. Ainsi, Nabil a voulu créer un espace rappelant les fameux Manga Kissa japonais où il est possible d’acheter des snacks “importés à 90% du Japon” affirme Alex, employé chez Place Tanoshii. Lorsqu’on entre, on est directement plongé dans l’ambiance d’Akihabara, le quartier de Tokyo préféré des otaku. Le lieu est divisé en deux parties : l’épicerie où il est possible de se ravitailler en produits japonais, et l’espace où on peut lire un manga et profiter des consoles de jeux vidéo.

Des endroits de partage pour les fans de mangas 

Le cosplay est une pratique qui consiste à incarner un personnage de manga ou de pop culture en général. Au Japon, des rassemblements et des endroits prévus à cet effet leur permettent de se retrouver. Place Tanoshii l’a bien compris, ces événements sont incontournables pour les fans. Il y a quelques mois, c’était un rassemblement de cosplayeurs qui remplissait la Rue d’Aboukir à Paris. Un moment de partage, d’amusement et de laisser-aller pour tous les passionnés. 

Légende et crédits : Alex, propriétaire du Nakama Resto nous ouvre les portes de son restaurant. Photo de Tarik Aouad.

Les deux lieux ont su fidéliser une clientèle prête à revenir quasiment tous les jours. “C’est la maison”, ironise Nachuu, cosplayeur et créateur de contenus, souvent présent dans ces lieux atypiques. Les visiteurs de Place Tanoshii sont pour la plupart tellement fidèles que Nabil décide ne pas utiliser ce mot et préfère parler de “communauté”. Alex et Nabil ont su cerner les attentes de la cible, tout simplement car ils ressentaient exactement le même besoin qu’eux de se retrouver dans leur univers. Alex se rappelle avec émotion une époque où il se “cachait dans les rayons du magasin” pour lire des mangas. Le manga n’est plus une niche, et devient un temple réunissant des millions de personnes à travers le monde. Nabil et Alex font partis des acteurs qui permettent à cette grande communauté de s’épanouir et de pouvoir vivre leur passion intensément.

La Team te suggère aussi